Eolien : des élus lotois condamnés pour prise illégale d'intérêts

  • Six élus de la commune de Laramière dans le Lot ont été condamné par le tribunal de Cahors pour prise illégale d'intérêts dans le cadre d’un projet de parc éolien qui n’a jamais vu le jour.
    Six élus de la commune de Laramière dans le Lot ont été condamné par le tribunal de Cahors pour prise illégale d'intérêts dans le cadre d’un projet de parc éolien qui n’a jamais vu le jour. Illustrations CP
Publié le

Environnement. Des élus d’un village de Laramière (Lot) ont été condamnés pour prise illégale d’intérêts dans le cadre d’un projet de parc éolien qui n’a jamais vu le jour.

Le maire et cinq élus d’un village du Lot ont été condamnés jeudi à Cahors à des peines d’amende pour "prise illégale d’intérêts" dans le cadre d’un projet d’implantation d’éoliennes. Les six élus municipaux de Laramière ont tous été reconnus coupables et condamnés par le tribunal correctionnel de Cahors à des peines amendes allant de 1500€ avec sursis à 3000€ . Ces condamnations sont en deçà des réquisitions du procureur, qui avait demandé des peines de prison d’un à quatre mois avec sursis et des peines d’amende de 1000 à 3000€ . Les six élus vont faire appel devant la cour d’Agen, a annoncé leur avocat, Me François Faugère, à l’issue d’une sortie de tribunal houleuse où cris et insultes ont fusé entre les soutiens des élus et des opposants aux éoliennes. Les deux camps ont dû être séparés par l’intervention de la police.

Vive polémique

En 2011, la société Eole-Res (filiale de RES Méditerranée) avait proposé d’étudier l’implantation de sept à dix éoliennes à Laramière. Le conseil municipal du village de 321 habitants avait alors autorisé l’implantation d’un mât de mesure, afin de déterminer si le site était suffisamment venté. Mais, en 2013, deux habitants de la commune voisine de Promilhanes (Lot) ont porté plainte en accusant six élus de Laramière d’avoir profité de leur statut pour prévoir l’implantation d’éoliennes sur des terrains leur appartenant. Les plaignants leur reprochaient d’avoir participé aux délibérations municipales sur l’implantation du parc éolien alors qu’ils avaient un intérêt particulier dans le projet.

De son côté, Me Faugère a fait valoir qu’on en était alors seulement au stade de l' «étude de faisabilité». En juillet 2013, les villageois avaient été consultés et avaient rejeté le projet de la société Eoles-Res, par 99 «non» contre 87 «oui», soit seulement 12 voix d’écart. Actuellement, aucune éolienne n’est active dans le département du Lot, mais plusieurs projets sont à l’étude. Et la polémique est vive dans le département voisin de l’Aveyron où une centaine d’éoliennes sont déjà en marche: un collectif d’associations y dénonce les méthodes opaques des sociétés qui démarchent les mairies, qualifiées de «spéculateurs de l’énergie».

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?