Les agriculteurs manifestent ce soir pour "faire connaissance" avec le préfet

  • La FDSEA et les Jeunes agriculteurs n’ont pas encore eu l’occasion de rencontrer le nouveau préfet aveyronnais, Jean-Luc Combe.
    La FDSEA et les Jeunes agriculteurs n’ont pas encore eu l’occasion de rencontrer le nouveau préfet aveyronnais, Jean-Luc Combe. Charles Leduc
Publié le , mis à jour

Agriculture. Au cœur d’une actualité agitée, les syndicats décrètent l’«alerte orange» et entendent "faire connaissance" avec le nouveau préfet, en amenant, mercredi soir, devant la préfecture "quelques broutards" pour protester contre la dégradation des cours. 

La FDSEA et les Jeunes agriculteurs n’ont pas encore eu l’occasion de rencontrer le nouveau préfet aveyronnais, Jean-Luc Combe, tout juste arrivé du Cantal voisin. Alors, les syndicats ont pris d’eux-mêmes l’initiative d’une entrevue. «Nous voulions faire connaissance, entrer en discussion avec un cas concret : celui des veaux broutards, dont le cours dégringole de 10% en ce moment et pose de gros problèmes à certains éleveurs pour qui le revenu annuel se joue à cette période, explique Dominique Fayel. Alors mercredi soir, nous amènerons quelques broutards à la Préfecture."

Salaire divisé par deux

Avec cette dégradation, la FDSEA estime une perte allant de 150 à 200 par bête pour les éleveurs. "Une perte de revenu qui pourrait représenter 10 000€ dans l’année, soit la moitié du salaire de l'agriculteur, alors que dans le même temps les charges stagnent voire augmentent", estime la FDSEA. "Nous avions interpellé Ségolène Royal il y a un mois, en l’absence de réponse, nous revenons à la charge."

"Alerte orange"

Avant la mobilisation prévue à Albi en soutien au projet du barrage de Sivens ce samedi, FDSEA et JA ont également tenu à "faire le point" sur la brûlante actualité agricole.

  • Les zones vulnérables

La semaine passée, la ministre de l'Ecologie, du développement durable et de l'Energie, Ségolène Royal est revenue sur le zonage concerné par la directive nitrate et établi en juillet. Ainsi, l’extension prévue pourrait être diminuée de moitié dans le bassin Adour-Garonne. Une «victoire» pour Dominique Fayel, président de la FDSEA, qui n’entend pas s’arrêter là : "Cela ne suffit pas, nous n’arrêterons pas d’agir tant que l’Aveyron ne sera pas totalement retiré du zonage». Et d’assurer que les "actions continueront".

  • «Un soutien sans faille au projet de Sivens»

"Trop de conneries ont été dites, il est temps de dire notre vérité, commence le syndicaliste. L’emballement va au-delà du raisonnable, il est hors de question de donner raison à une minorité de radicaux." Et d’expliquer: "Le projet existe depuis 25 ans, et concerne l’irrigation estivale de 80 exploitations familiales, et non pas au service d’une agriculture intensive. Il faut cesser de diaboliser l’irrigation, qui est nécessaire pour tous les usages." Ainsi, samedi, les syndicalistes se rendront à Albi pour apporter un soutien "sans faille ni faiblesse"  à leurs collègues tarnais

Lola Cros
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?