Véhicules électriques : l’Aveyron dépasse les bornes

  • Véhicules électriques : l’Aveyron dépasse les bornes
    Véhicules électriques : l’Aveyron dépasse les bornes
  • Véhicules électriques : l’Aveyron dépasse les bornes
    Véhicules électriques : l’Aveyron dépasse les bornes
Publié le , mis à jour

Économie. D’ici à 2016, l’Aveyron va se doter de plus de 75 bornes de recharge pour véhicules électriques. Un grand pas dans un département encore pauvrement doté.

Cette fois, c’est décidé, l’Aveyron va installer dans le département près de 80 bornes de recharge publiques pour véhicules électriques et hybrides. Encore pauvrement doté en la matière - moins d’une dizaine de ces bornes principalement sont accessibles chez des concessionnaires automobiles ou dans certains parkings - le département passe à la vitesse supérieure. Les appels d’offres sont prêts. Les premières bornes dites « accélérées », délivrant jusqu’à 22kWa, sont attendues à la mi 2015.

"Devant l’intérêt grandissant des consommateurs pour les véhicules électriques ou hybrides, il nous a semblé naturel de nous pencher sur la question", estime le pilote du projet et président du Syndicat intercommunal d’électricité du département de l’Aveyron (Sieda) Jean-François Albespy. Comme le montre la carte, le Sieda dont la tâche est d’assurer la distribution de l’électricité sur le territoire, s’est attaché à installer ces bornes de "façon homogène", explique le président. "Nous avons imaginé un réseau cohérent lié aux habitudes de déplacement des automobilistes en ciblant les bourgs centre en priorité". Reste à convaincre les collectivités qui, pour voir pousser de telles bornes sur leurs communes, devront passer à la caisse.

Lever le frein psychologique...

Comme le démontrent plusieurs études, le succès du véhicule électrique dépendra en grande partie de la présence, sur le territoire, d’un réseau de recharge sûr et fiable. "C’est la question de l’œuf et la poule, résume Jean-François Albespy. L’attrait pour les véhicules électriques permet-il de développer le réseau des bornes de recharges ou l’inverse?" Il n’en demeure pas moins que ce nouveau maillage qui répond à un besoin de recharge dit secondaire (90% de la connexion s’effectuant à la maison ou au travail) pourrait lever les derniers freins au développement annoncé de ce nouveau mode de transport qui concerne en Aveyron quelque 70 automobilistes.

Véhicules électriques : l’Aveyron dépasse les bornes
Véhicules électriques : l’Aveyron dépasse les bornes

Mieux vaut cependant ne pas être pressé, le temps de charge complet pour ce type de bornes étant compris entre 2 à 4 heures, avancent les pionniers aveyronnais de la voiture électrique, plutôt rétifs à l’idée d’attendre autant de temps sur la place du village. Pour eux, l’évolution technologique et les progrès attendus dans les prochaines années en terme de capacité et d’autonomie des batteries, plaident plutôt pour des bornes dites rapides dont le temps de charge n’excède pas 30 minutes. Un argument que réfute le Sieda, faisant valoir un temps de charge complet, inférieur à une heure...

"C’est sûr, moi aussi je préférerais recharger mon portable en 5 minutes, plaisante le directeur, mais il me faudrait pour ça me promener avec un chargeur de plusieurs kilos." Une contrainte technique qui n’est pas étrangère au choix opéré par le Sieda. Outre le prix des bornes « rapides », trois fois plus élevé -environ 30 000 €- que celles choisies par le Sieda (les aides étant plafonnées 12 000 euros), alimenter de telles bornes demande une réserve de puissance importante et des infrastructures capables de la supporter. Un problème à l’heure actuelle. "Installer de telles bornes mettrait en péril le réseau électrique", conclut le directeur du Sieda qui est, ne l’oublions pas, garant de son efficacité.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?