Christian Teyssèdre

Tensions au conseil municipal de Rodez

  • Daniel Rozoy s'est vu retirer sa délégation d'adjoint par le conseil municipal.
    Daniel Rozoy s'est vu retirer sa délégation d'adjoint par le conseil municipal. - José A. Torres
S'abonner Mis à jour le -- partages

Politique. Membre du PRG, Daniel Rozoy est "le poil à gratter" de Christian Teyssèdre. Les élus se sont prononcés hier soir sur le retrait de sa délégation d’adjoint au maire. Résultat: 34 bulletins exprimés, 20 pour, 7 contre, et 7 nuls.

Tensions au sein de la majorité (de gauche), lors du conseil municipal d’hier soir. Certains de ses membres arborent un visage crispé. "Le torchon brûle", s’amuse même l’UMP Yves Censi. Pour cause, le retrait de la délégation d’adjoint au maire dont jouit Daniel Rozoy (PRG) est inscrit à l’ordre du jour. Le radical de gauche Stéphane Mazars, aussi adjoint, monte le premier au créneau pour prendre "la défense de (son) collègue" sous la menace d’une "sanction". Dénonçant les "conditions cavalières" et "vexatoires" dans lesquelles Daniel Rozoy a pris connaissance de ce souhait du maire, il s’interroge: "A-t-il porté atteinte au fonctionnement de son service? Pas à ma connaissance".

"Nous avons besoin d'une équipe soudée"

Alors que chacun a en tête les fréquents conflits qui nourrissent les relations entre Christian Teyssèdre et cet élu PRG, qui joue là un rôle d’accusé, ainsi qu’un contexte de pré-campagne d’élections départementales (où la gauche risque fort de partir divisée sur les cantons ruthénois), le premier magistrat répond d’emblée qu’il n’a "pas d’animosité particulière avec qui que ce soit", et "aucun compte à régler": "Nous avons besoin d’une équipe soudée. Aujourd’hui, j’attends que les choses soient repositionnées au sein de la majorité". Alors que quelques rires se font entendre au sein de l’hémicycle, l’élu d’opposition Serge Julien (proche d’Yves Censi) pose la question que tout le monde attend: "Que lui est-il reproché?" Le maire ferme le ban en quelques mots: "Je vous ai donné la raison. Elle est très simple: nous avons besoin de cohésion municipale améliorée. Et je m’arrête là"

Le vote a lieu à bulletin secret, comme le stipule la loi. Chacun passe tour à tour dans l’isoloir. Et, plus tard, à l’issue du vote du budget primitif 2015, le résultat tombe: sur les 34 suffrages exprimés, 20 bulletins sont pour le retrait de la délégation, sept sont contre, et sept sont nuls. Daniel Rozoy devient donc un "simple" conseiller municipal.

Réagir