Onet-le-Château Football

Onet : Mazars et coïncidences

  • La génération 1996-97 d’Onet-Agen-Gages et son entraîneur Éric Mazars (en noir).
    La génération 1996-97 d’Onet-Agen-Gages et son entraîneur Éric Mazars (en noir). José A. Torres / José A. Torres
Publié le / Modifié le S'abonner

Gambardella (64es de finale). Trois fois 32e de finaliste avec les U19 ruthénois, l’entraîneur Éric Mazars a fait le trajet jusqu’à Onet où il pourrait bien atteindre une nouvelle fois ce stade. Mais pour cela, l’entente Onet/Agen/Gages va devoir dominer Arles-Avignon, cet après-midi (14 h 30) à Georges-Vignes.

La dernière fois, c’était en 2006. Pas une éternité, d’accord, mais le dernier 32es de finale de coupe Gambardella d’Onet-le-Château commence tout de même à dater. C’était la génération Chazottes, Labarthe, Michonska et la fin avait été triste avec une défaite d’une courte tête (1-0) face à la meilleure équipe de France d’alors, l’AS Monaco de Mongongu (Évian TG), Bakar (Montpellier) ou Sagbo (Hull city). Les joueurs de Renaud Villien en avaient pleuré. Mais depuis, les larmes ont eu le temps de sécher du côté de Georges-Vignes qui se prend à nouveau à rêver de voir des « jaune et bleu » se hisser jusqu’à ces fameux 32es de finale.

Pour cause, ce samedi après-midi (14 h 30), les « pitchouns » castonétois ont une belle occasion. Il leur faudra d’abord passer Arles-Avignon, formation du même niveau (élite régionale) issue d’un club pro, comme son nom l’indique. Ça ne sera donc pas évident mais les jeunes de l’OCF, en entente avec Agen et Gages, ont visiblement des qualités indéniables : « Arles, c’est un gros morceau. Mais on ne va rien changer pour autant, promet l’entraîneur Éric Mazars. On a des points forts à faire valoir. Mes joueurs sont réceptifs, travailleurs et lucides. »

« D’abord une aventure humaine »

Et on peut le croire Éric Mazars, lorsqu’il parle de Gambardella. À 43 ans, le bonhomme a ce que l’on appelle une sacrée expérience de la Coupe de France des jeunes. Avec trois 32es de finale à la tête du Raf, celui de Rodelin en 2007 (défaite face à l’OM), de Guerbert en 2010 (défaite face à Villeurbanne) ou de Boissier en 2013 (défaite face à Saint-Étienne), Mazars a le « truc ». Même s’il le réfute en toute modestie.

« Ce n’est pas ma spécialité, souffle celui qui a rejoint l’OCF en 2013, d’abord en tant qu’adjoint de Yohan Boscus, devenu depuis le bras droit de Franco Vignola en seniors. La Gambardella, c’est d’abord une aventure humaine. Le coach n’y est pour rien. Il essaye juste de transcender. C’est aussi de la chance. Celle du tirage et celle sur le terrain. Celle-là, on peut la provoquer. »

Il est peut-être là, le secret, s’il y en a un. « Transcender » comme il dit. Et « tout baser sur le groupe » aussi. Cet après-midi, la génération 1996-97 d’Onet-le-Château, toujours promue parmi l’élite régionale depuis la catégorie 15 ans, connaît la recette.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
L'immobilier à Onet-Le-Château

112900 €

A vendre appartement T4 d'une superficie de 94 m2 environ, au 1er étage san[...]

186000 €

Appartement de type 6 en triplex d'environ 134 m² habitable, au premier niv[...]

79500 €

Onet le Chateau, dans une petite copropriété, appartement de type 2/3 de 54[...]

Toutes les annonces immobilières de Onet-Le-Château
Réagir