Rugby: Rodez s'est offert un samedi soir de rêve

  • À l’image de Michaël Cromie, éblouissant, Rodez a enfin élevé son niveau de jeu.
    À l’image de Michaël Cromie, éblouissant, Rodez a enfin élevé son niveau de jeu. Jean-Louis Bories / Jean-Louis Bories
Publié le / Mis à jour le S'abonner

13e journée. Le Stade Rodez Aveyron est enfin parvenu à élever son niveau de jeu. Et cela n’a pas pardonné pour le leader Vannes, totalement dépassé hier soir à Paul-Lignon. Le SRA empoche le bonus offensif et prouve plus que jamais qu’il a les moyens de son ambition. 

Quel pied! Voilà des mois et des mois que Rodez attendait cela. Autant de temps durant lequel joueurs comme staff technique ont répété à souhait qu’il ne manquait qu’un déclic, qu’un petit grain de sable pour lancer la machine. À force, on n’y croyait presque plus... Jusqu’à ce fameux samedi soir! Enfin, les paroles sont devenues des actes. Enfin, le SRA a prouvé qu’il avait bien sa place dans le quatuor de tête de cette poule. Car vaincre le leader, c’est une chose. Mais avec le bonus offensif en prime, cela relève presque du rêve. Surtout après avoir vu Castanet et Angoulême venir s’imposer à Paul-Lignon. Mais hier soir, Rodez est enfin parvenu à élever son niveau de jeu. Et ce du N.1 au N.23, car Patrick Furet a fait participer tout le monde à la fête. Oui, Mathieu Roca a été le leader tant espéré depuis le début de saison, Barry Faamausili a encore prouvé un petit peu plus que son niveau ne se situait pas en Fédérale 1 - le public ne s’y est pas trompé en l’acclamant à sa sortie -, Michael Cromie s’est soudainement révélé en mêlée fermée, Romain Boscus a fait un retour triomphant en titulaire... Bref, tout le monde s’est transcendé hier soir. Et le succès a été collectif.

La force collective

Le premier essai en a d’ailleurs été la parfaite illustration. Car il est venu d’un ballon porté, l’essence même d’une force collective (18e). Dans cette même lignée, que dire de la mêlée ruthénoise également. Les avants ruthénois ont glané pas moins de cinq pénalités en première période dans ce secteur! Que dire également de la touche? Rodez en a volé quatre à son adversaire hier soir. Comment, aussi, ne pas apprécier le deuxième essai, inscrit par Gaëtan Bertrand. Le nouveau "bison" ruthénois a conclu une jolie offensive au large en envoyant son adversaire sur les fesses. On jouait alors la 38e minute de jeu et si, ces dernières semaines, le temps ne passait pas bien vite dans les travées de Paul-Lignon, cette fois cela fut loin d’être le cas. Mais cette première période à sens unique allait-elle se poursuivre? Vannes allait-il enfin prouver son rang de leader et se réveiller?

Intouchables

Eh bien, non! Les Bretons, totalement à côté de leur sujet hier, se voyaient rapidement sanctionné d’un carton pour un placage en l’air (47e). La sanction des Ruthénois, cette fois, ne se faisait pas attendre. Car, sur la touche qui suivait, les avants se remettaient en ordre de marche et l’Irlandais Michaël Cromie s’écroulait dans l’en-but pour son premier essai de la saison. Offrant de ce fait le bonus offensif aux siens. Incroyable! Ne restait plus qu’à le conserver jusqu’au coup de sifflet final. Chose faite par Teriitaohia et ses coéquipiers grâce notamment à une défense héroïque dans les derniers instants de la partie. Non, hier, Rodez était intouchable. Et a enfin prouvé qu’il possède les moyens de son ambition. Pourvu que ça dure. Car la route est encore longue vers les phases finales...

Mathieu Roualdes
Voir les commentaires
Réagir