Grand Rodez Ruthénois

L'extension d'une zone d’activités sur le Causse Comtal fait débat

  • Le site du Comtal avec, en fond, le Crédit Agricole. C’est sur cet espace que s’implanterait un projet économique.
    Le site du Comtal avec, en fond, le Crédit Agricole. C’est sur cet espace que s’implanterait un projet économique. JAT / JAT
Publié le / Modifié le S'abonner

L'extension envisagée d’une zone d’activités sur le territoire de la commune de Gages-Montrozier inquiète les riverains. 

Il y a débat. Et s’il n’est pas encore public, il semble en tout cas des plus délicats, sinon vif déjà, entre les élus des 5 communes regroupées au sein de la communauté Bozouls-Comtal. Il porte sur la création sinon l’extension (selon les interprétations des uns et des autres) d’une zone d’activités sur le territoire de la commune de Gages-Montrozier, dans le prolongement du site dit du Comtal.

Sur une trentaine d’hectares située au sud de la route reliant Gages-le-Haut au Comtal, il s’agirait de réaliser une zone qui viendrait en prolongement du site où 3 sociétés sont déjà implantées depuis plusieurs décennies (le Crédit Agricole, Inforsud et l’hôtel Comtal). Un projet porté par la communauté de communes, et qui aurait été abandonné ou du moins mis en sommeil par ses élus en 2012, bien que cette zone reste inscrite sur le Plan local d’urbanisme (PLU) de la commune de Gages-Montrozier.

Des dizaines d’emploi à la clé

Or un nouvel élément vient rebattre les cartes. Car sur cette zone d’activités du Comtal a surgi en début d’été un projet d’implantation d’une société à haute valeur ajoutée, spécialisée dans les traitements de surface, et dont le siège est implanté dans la région parisienne. Or cette société souhaiterait s’installer dans un cadre exceptionnel, et c’est le site du Causse Comtal qui séduirait en particulier ses dirigeants.

Voila comment et pourquoi des élus de la communauté de communes plaident désormais pour la réactivation de cette zone d’activités, en bonne intelligence avec Aveyron Expansion qui aurait déniché l’oiseau rare. Selon les informations encore très confidentielles que nous avons pu obtenir, cette société prévoirait en effet de créer dès son arrivée 20 à 40 emplois, et 60 à 120 à terme… «Il y a une opportunité», s’est contenté de nous dire le maire, qui préfère rester très discret sur ce projet afin de ne pas le mettre en péril. On a néanmoins appris par ailleurs que les dirigeants de cette société s’apprêtaient à venir sur le Comtal, tandis que les élus de la communauté de communes allaient participer à une réunion d’information dans les toutes prochaines semaines.

Sur une zone naturelle

D’ici cette réunion organisée en présence des responsables d’Aveyron Expansion, les élus refusent de se prononcer, voire de s’exprimer. Ainsi le premier concerné d’entre eux, Christophe Méry, maire de Gages-Montrozier, qui refuse catégoriquement de dire quoi que ce soit à ce sujet. Tandis que le maire de Bozouls, Jean-Luc Calmelly qui, en juin, ne cachait pas ses réserves sur ce projet, se montre désormais plus circonspect. «Je suis en attente d’explications», se contente-t-il désormais de nous dire. Pourtant, dans un courrier qu’il avait adressé le 18 juin dernier à Jean-Michel Lalle en tant que président de la communauté de communes (avec copie à tous les élus de ce regroupement et de sa propre commune), le maire de Bozouls s’exprimait alors de manière beaucoup plus tranchée.

Dans ce courrier que nous avons pu nous procurer, Jean-Luc Calmelly écrit notamment: «Il me paraît choquant que des institutions publiques puissent valider le principe de créer de toutes pièces, sur le Comtal ou ailleurs, une zone artisanale implantée dans un secteur naturel, préservé, éloigné de toute agglomération et de tous les réseaux. Une telle démarche constitue la négation même de toute politique réfléchie et durable d’aménagement du territoire.» Ces craintes alors exprimées fortissimo rejoignent aujourd’hui celles exprimées par le Comité Causse Comtal, une association de défense de l’environnement qui se montre des plus vigilantes sur ce dossier. Un dossier dans lequel c’est donc bien la question de l’emploi et celle de la défense d’une zone naturelle sensible qui sont mises dans la balance…

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
L'immobilier à La Loubière

240000 €

A 10mn de Rodez, et 5mn de toutes commodités, maison à finir de rénover, su[...]

276000 €

Secteur NORD, 10 minutes de RODEZ, et des commerces, dans un quartier calme[...]

220000 €

Aux portes de Rodez, corps de ferme sur un terrain d'environ 2700 m² de ter[...]

Toutes les annonces immobilières de La Loubière
Réagir