Hérault : deux hommes jugés pour meurtre après une enquête exemplaire

Publié le

La victime avait été découverte carbonisée, le 25 novembre 2009, sur un chemin à Mauguio, près de Montpellier: deux hommes comparaissent depuis lundi devant les assises de l'Hérault pour meurtre, grâce au travail minutieux des gendarmes. La victime, Giuseppe Oliva, 48 ans, est un Italien connu comme trafiquant de drogue international. Mais lors de la découverte de son corps, il n'est pas identifiable. Il faudra près d'un an aux enquêteurs pour élucider le crime. Les gendarmes de la Section de recherche de Montpellier vont bénéficier d'un coup de pouce. En bordure de route, ils découvrent un papier absorbant, rapporté par le vent, dont les analyses ADN vont, selon leur terme, "matcher".

Un suspect placé sur écoutes 

Ils ont leur premier suspect, Thierry Holland, un Montpelliérain de 41 ans, sans profession. Il sera surveillé, placé sur écoutes et ses relations interrogées. Les scientifiques vont aussi, sur un bout de tissu, identifier la marque du gilet de la victime, suffisamment rare pour qu'il n'y ait qu'un seul détaillant en Languedoc-Roussillon qui la commercialise. Dans le centre de Montpellier, une vendeuse se souvient d'avoir vendu un gilet bleu identique et décrit l'acheteur: la cinquantaine, 1,80 m, cheveux courts et parlant français avec l'accent italien. Cette dernière particularité se révèle déterminante.

Dans les écoutes téléphoniques, Holland a un correspondant en lien avec un numéro en Italie qui ne répond plus. C'est ainsi que les gendarmes vont réussir, six mois après, à identifier la victime, originaire de Vercelli (Piémont) et domiciliée au Maroc. Un deuxième homme, Lorenzo Martinelli, un Italien de 39 ans, de près de 2 mètres, joueur de poker et, selon l'accusation, trafiquant de drogue, habitant à Ixelles (Belgique), sera identifié grâce encore à la téléphonie. Plusieurs témoins affirmeront que celui qui est surnommé "Franco" ou "le gros", est un homme "particulièrement violent".

Sur fond de trafic de drogue

"Je souhaite assumer la mort de Giuseppe Oliva", a lancé lundi dès le début de l'audience, M. Martinelli. Jusque-là, il se défaussait sur son coaccusé. Condamné quatre fois notamment pour violences, il avait jusqu'ici toujours affirmé que le tueur était Holland qui voulait voler à Oliva une somme de 12 000 euros. Pour la justice, il pouvait y avoir aussi en jeu une importante quantité de drogue. Pour Me Luc Abratkiewicz, avocat de Martinelli, le meurtre peut être la conséquence d'une dispute pour un motif futile entre personnes sous l'emprise d'alcool et de drogue. Thierry Holland, condamné à deux reprises pour vol et pour détention d'armes, a en revanche conservé sa version initiale. Depuis son interpellation, il accuse Martinelli de cet homicide sur fond de trafic de drogue. Il limite sa participation à la crémation du cadavre et admet seulement une non-assistance à personne en danger, selon son avocat Jean-Roger

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?