Aveyron : l’envolée belle de l’intérim

  • L’usine Bosch à Onet, grande pourvoyeuse de contrats en intérim au gré du volume de ses commandes.
    L’usine Bosch à Onet, grande pourvoyeuse de contrats en intérim au gré du volume de ses commandes. Archives JAT
Publié le , mis à jour

Avec plus de 22,4% de progression sur un an, l’emploi intérimaire place l’Aveyron bien en marge de la tendance nationale. Sur l’ensemble de la France, l’intérim a reculé en 2014 et accuse même, sur le seul mois de décembre, une baisse de 4,1%. Sur l’ensemble de l’année, ce recul est évalué par les experts à 1,2% soit 6000 emplois détruits. Le seul secteur du BTP affiche les plus lourdes pertes, suivi par l’industrie et les services. Dans ce contexte, l’Aveyron semble mieux tirer son épingle du jeu, la hausse de l’emploi intérimaire étant plus de cinq fois supérieure à la moyenne régionale (+4,2% en Midi-Pyrénées) sur l’ensemble de 2014.

Quelque 1800 intérimaires en Aveyron

Tous secteurs confondus, le département compte 1800 intérimaires: 63% d’entre eux sont dans l’industrie, et 76% de l’effectif total sont des ouvriers (dont 44% qualifiés). La plus forte hausse concerne le secteur des fabricants de matériel de transports (automobile et aéronautique) avec... 597% d’emplois intérimaires en plus en 2014 sur un volume de 335 contrats. On pense bien sûr aux entreprises de la Mecanic Vallée et aux sous-traitants d’Airbus dont le carnet de commandes s’est rempli. On pense aussi à Bosch, premier employeur industriel du département et grand consommateur d’intérimaires au gré de ses cycles de production.

«Conjoncture favorable»

«La conjoncture leur est favorable, confirme le chargé d’affaires de l’agence Manpower de Rodez. Les faiseurs d’ordre ont vécu une période calme dans les années 2012-2013. Les sollicitations économiques dont ils font l’objet se répercutent sur l’intérim». Hors l’industrie, le secteur «transport et entreposage» s’en sort bien lui aussi avec 143% de progression en un an sur le front de l’intérim, les activités des plates-formes logistiques étant toujours soumises aux fluctuations saisonnières. Dans le secteur tertiaire, les indicateurs sont aussi à la hausse bien qu’il n’emploie que 20% de l’effectif total des intérimaires. Et le BTP ? L’intérim y perd 0,3% mais le secteur est, dans le département, incontestablement mieux préservé qu’ailleurs, certaines agences d’intérim comme Manpower ayant même vu augmenter en 2014 le nombre d’offres d’embauche... Là encore, l’Aveyron se démarque.

Décrochage de l'intérim en France

Le recours à l'emploi intérimaire, en baisse pour la troisième année consécutive, a reculé de 1,2% en 2014, plombé par le fléchissement du secteur de la construction, selon le baromètre Prism'emploi publié mardi. Le "décrochage des effectifs intérimaires" en 2014, "perceptible depuis le mois d'août", est dû à une chute de -15,3% en un an enregistrée dans les BTP (bâtiments et travaux publics), combinée à une croissance plus faible de l'intérim dans les autres secteurs considérés "porteurs". Il a ainsi progressé de 2,7% dans le commerce, de 2,1% dans les transports et de seulement 0,2% dans les services.

Le cumul de janvier à décembre 2014 révèle de "fortes divergences régionales": le Nord et l'Est affichent des progressions supérieures à la moyenne nationale contrairement au Sud et à l'Ouest, plus touchés par la baisse de l'emploi. L'intérim progresse ainsi de 3,2% dans le Nord-Pas-de-Calais et de 4,9% en Alsace. A l'opposé, il dégringole dans les régions Midi-Pyrenées et Provence-Alpes-Côte d'Azur, respectivement de -5,6% et -5,4%. Prism'emploi regroupe 600 entreprises, revendiquant 90% du chiffre d'affaires du secteur de l'intérim.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?