Covoiturage

Le Département donne un coup d’accelérateur au covoiturage

  • Aménagée à hauteur du giratoire des Molinières, cette nouvelle aire de covoiturage sera en service dans moins d'un mois.
    Aménagée à hauteur du giratoire des Molinières, cette nouvelle aire de covoiturage sera en service dans moins d'un mois. - LC
  • Jean-Claude Luche, président du conseil général pense que cette 14e aire «sera la plus fréquentée du département.»
    Jean-Claude Luche, président du conseil général pense que cette 14e aire «sera la plus fréquentée du département.» - Lola Cros
  • Le Département donne un coup d’accelérateur au covoiturage
Publié le / Modifié le S'abonner

Transports. Dans la perspective de réduire les trajets automobiles, le conseil général s’apprête à ouvrir sa 14e aire de covoiturage, au carrefour des Molinières. Leur nombre devrait plus que doubler d’ici 2016.

Et de quatorze ! D’ici deux à trois semaines -selon la météo-, le Département pourra officiellement inaugurer une nouvelle aire de covoiturage. Idéalement située «au carrefour de l’Aveyron» cette dernière verra le jour au niveau du rond-point des Molinières, à mi-chemin entre Rodez, La Primaube et Baraqueville. Et comme pour les autres aires de covoiturage du département, ce choix qui n’a rien d’anodin.

«La plus fréquentée du département»

«Tous les jours, entre dix et quinze voitures stationnent à l’entrée de la zone, plus ou moins bien, note Christian Vergnes, le maire de Calmont qui a accepté de céder le terrain au Département. Dans quelques années, le premier échangeur de la RN88 sera au niveau de ce carrefour, c’est un argument supplémentaire qui fait que cette aire de covoiturage va bien marcher». Et Jean-Claude Luche, président du conseil général de prédire : «Je pense qu’elle sera la plus fréquentée du département.»

Aire jumelée à un arrêt de bus

Aujourd’hui composée de 25 places, l’aire, pour laquelle ont été déboursés 110 000€, pourrait rapidement s’agrandir : l’espace d’une extension, qui doublerait sa capacité, est d’ores et déjà envisagé et réservé. Jumelée à un arrêt de bus, l’interface servira de parking à la fois aux covoitureurs mais également aux usagers des lignes de bus interurbaines. Le développement conjoint des transports en commun et du covoiturage poursuit un seul et même objectif : la réduction des trajets automobiles. Une réflexion menée «depuis plusieurs mois» par le Département qui entend diminuer l’émission de gaz à effet de serre et, parallèlement, améliorer le service de proximité.

Bus à 3€ : fréquentation en hausse

«Avec le tarif unique des bus à 3€ sur les 14 lignes aveyronnaises, nous avons augmenté de 50% leur fréquentation, passant de 36 700 voyageurs en 2013 à 54 800 en 2014, se félicite Jean-François Galliard, adjoint aux transports. En un an, c’est un bilan très satisfaisant.» Convaincu que l’aménagement d’espaces consacrés au covoiturage crée le besoin et la demande, Jean-Claude Luche a révélé son objectif d’atteindre 80 aires similaires à travers le département. «L’investissement important, à hauteur de 360 000€ sur les 17 millions consacrés aux transports, apporte une réponse aux Aveyronnais», a conclu le président.

À lire aussi
Réagir