Guy Durand : «Le conseil général est mort, vive le département»

  • GUY DURAND MAIRE DE MILLAU
    GUY DURAND MAIRE DE MILLAU PIXROD José A. Torres
Publié le , mis à jour

Si Jean-Dominique Gonzales, sortant dans le canton voisin de Millau-Ouest (Millau-1), ne fait pas mystère de sa candidature avec ou sans l'investiture socialiste, le conseiller général de Millau-Est laisse encore planer le suspense sur son éventuelle candidature aux cantonales du 23 mars prochain.

Discret sur ses intentions, le Millavois n'est demeure pas moins incisif quand il s'agit d'évoquer la majorité départementale :«À droite depuis 1949, l’actuel conseil général ne propose plus aucun projet aux Aveyronnais. La conservation du pouvoir, à l’image de son président, à la fois sénateur et président du conseil général, est le seul programme qui intéresse l’actuelle majorité départementale. Le vote du budget 2015 en est la preuve. Au lieu de bâtir un nouveau projet pour les Aveyronnais, la droite départementale s’est contentée de critiquer le gouvernement. Dénonçant la baisse des dotations de l’État au conseil général, elle a oublié de dire que le gouvernement aide les départements ruraux. Un exemple: sur le futur programme de développement du Très Haut Débit en Aveyron, l’État apporte 34 millions d’euros. C’est une première.» 

«Le Département ne doit pas rester dans l’immobilisme»

Pour le moins critique des choix opérés par la droite départementale, le conseiller général de Millau-Est, attend désormais beaucoup de la réforme territoriale menée par Manuel Valls «une chance pour le département de l’Aveyron»«La construction d’une région plus grande, qui rassemble aujourd’hui Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon donne un nouvel élan à l’aménagement du territoire. L’Aveyron sort gagnant de cette fusion. Idéalement placé entre trois grandes métropoles, Toulouse, Montpellier et Clermont-Ferrand, notre département pourra compter sur une position centrale dans cette nouvelle organisation. Le Sud-Aveyron, aujourd’hui isolé dans Midi-Pyrénées, se trouve renforcé par son lien direct avec l’aire urbaine de Montpellier. Frontaliers avec le département de la Lozère, l’Aubrac et les Grands Causses vont accélérer leur développement commun. La construction de cette grande région, deux fois plus grande que la Belgique, permet de maintenir des départements qui pourront jouer un rôle de mutualisation et de proximité. Mais pour aborder cette nouvelle période, le Département ne doit pas rester dans l’immobilisme.»

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?