L'artiste et ses muses à 4 pattes : portrait d'un inconditionnel

  • L'artiste et ses muses à 4 pattes : portrait d'un inconditionnel
    L'artiste et ses muses à 4 pattes : portrait d'un inconditionnel Lola Cros / CPA
  • L'artiste et ses muses à 4 pattes : portrait d'un inconditionnel
    L'artiste et ses muses à 4 pattes : portrait d'un inconditionnel Lola Cros / CPA
  • L'artiste et ses muses à 4 pattes : portrait d'un inconditionnel
    L'artiste et ses muses à 4 pattes : portrait d'un inconditionnel Lola Cros / CPA
Publié le , mis à jour

Aperçu sur le Salon. A 84 ans, Christian Ehlinger continue d'arpenter les allées du Salon de l'agriculture, pinceau à la main. Depuis soixante ans, aucune édition ne lui a échappé. Et pour cause, l'événement est pour cet artiste amateur un formidable puits de sujets. Témoignage.

Coincé entre deux stands de bovins, Christian Ehlinger a bien choisi sa place... et surtout sa muse. Pour sa première matinée sur le Salon, l'artiste fait la part belle à la Maraichine.

"Depuis 1950, je collectionne les races, commence l'amateur. J'ai choisi la Maraichine parce que c'est une race qui a failli disparaître récemment, et que j'affectionne. Savez-vous que pour passer d'un champs à l'autre, ces vaches prennent le bateau ?"

"Sais-tu comment on reconnaît un taureau ?"

A 84 ans, Christian Ehlinger n'est pas avare d'anecdotes, de connaissances et de petites blagues. Véritable passionné d'animaux et d'agriculture, l'octogénaire collectionne des centaines de livres sur le sujet. Alors, entre deux coups de pinceau, ce dernier ne manque pas de partager sa passion avec les plus petits qui s'arrêtent près de son chevalet. "Sais-tu comment on reconnaît un taureau ?", lance-t-il à tout-va. Et de glisser la réponse dans un grand rire, avant de tourner le dos à son auditoire : "A son anneau dans le nez !"

S'il avoue regretter le manque de nouveautés d'une année sur l'autre, le peintre ne manque pas d'idées. Dimanche, il ira voir du côté des chevaux. Puis des moutons, "et puis tout ce qu'on peut trouver ici". "En dix jours, j'ai le temps d'en faire beaucoup !", s'amuse-t-il encore. Pendant ce temps, sa femme, passionnée d'oiseaux, croque les coqs à quelques halls de là...

Lola Cros
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?