VIDEO. Au concours de cri du cochon, c'est (encore) "Nono" qui gagne !

  • Noël Jamet, alias Nono, grand imitateur du cri du cochon.
    Noël Jamet, alias Nono, grand imitateur du cri du cochon. AFP
Publié le , mis à jour

Salon de l'agriculture 2015. Véritable attraction du Salon, le concours du "cri de cochon" n'a pas failli à sa réputation lors de sa 11e édition, qui s'est déroulée samedi. Venu avec son fan club, c'est Noël Jamet qui a remporté le trophée en plastique.

Oooooinnnkk ? Uuiiiii? Rrrooo : "si on ferme les yeux, on a l'impression que c'est un cochon", sourit Marie, jurée appliquée. Et c'est bien l'objectif du concours du cri du cochon, attraction du salon de l'Agriculture, même si ses candidats sont humains. Un concours "mondial", grâce à la présence d'un candidat belge, précise l'organisateur Jean-Michel Meunier, éleveur de porcs de Bayeux, qui y voit "une manière ludique de faire parler du cochon", grâce à des candidats rôdés à l'imitation des porcelets ou de la truie en goguette.

"Y a plus de suspense que pour la motion de censure !"

La compétition en est déjà à sa 11e édition, et comprend une catégorie spéciale pour les enfants. Autour du "ring" porcin, le public se presse. "Y a plus de suspense que pour la motion de censure !", glisse un spectateur. Les pieds dans la sciure, huit candidats s'alignent, hilares ou concentrés, sous les acclamations du fan-club de "Nono", le grand favori, déjà vainqueur cinq fois par le passé. Masque porcin ou combinaison intégrale, certains participants n'ont pas hésité à miser sur le latex rose pour se déguiser comme leur animal favori.

Guilaine, la seule femme, poussée à s'inscrire par ses amies, pousse un timide "uiii uiii". Pierre, étudiant fluet, est plus convaincant. Mais les grognements de son voisin en chemise à carreaux laissent le public perplexe. Puis vient le clou du spectacle: toutes mamelles de plastiques dehors, le nez couvert d'un groin, "Nono", alias Noël Jamet, 48 ans, annonce le programme de sa performance. "Je vais vous faire un show : la naissance du cochon, l'allaitement et la mort !", déclame-t-il. Petits cris aigus, grands cris rageurs, il se lance sous l'oeil des caméras, sans hésiter à se rouler par terre sur un petit tapis dégainé pour l'occasion.

avec AFP
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?