Le BTP à la manœuvre pour relancer le secteur

  • Le secteur dépend à 70 % des commandes publiques.
    Le secteur dépend à 70 % des commandes publiques. AFP
Publié le , mis à jour

Les entreprises de travaux publics, qui craignent de perdre quelque 12 000 emplois et 8% de chiffre d'affaires cette année, formulent 17 propositions pour relancer les investissements en infrastructures, et demandent aux collectivités locales de s'engager à défendre l'emploi du secteur. En Aveyron, le secteur emploie quelque 5 600 salariés en 2014. Ils étaient près de 7 800 en 2008. Et les perspectives restent moroses.

Forcées de tailler dans leurs dépenses par la baisse des dotations de l'Etat, les collectivités locales, freinent des quatre fers sur l'investissement, s'alarme jeudi la Fédération nationale des travaux publics (FNTP). La fédération patronale demande à l'Etat d'étaler sur 5 ans la baisse de dotations de 11 milliards d'euros prévue, afin qu'elle représente 2,2 milliards d'euros en moins chaque année jusqu'en 2019 au lieu de 3,7 milliards d'euros par an d'ici 2017.

Les économies réalisées deviendraient alors compatibles avec la nécessité d'investir dans les infrastructures, plaide la FNTP, dont le secteur dépend à 70% de la commande publique. Un "allongement du calendrier de 2 ou 3 ans" est aussi demandé jeudi au Premier ministre Manuel Valls par l'Association des maires de France (AMF), qui craint un "désastre" financier pour un millier de communes ou d'intercommunalités. C'est l'une des 17 propositions formulées par la FNTP, des "solutions nouvelles à effet rapide qui pour la plupart ne coûtent rien à l'Etat", dit  son président Bruno Cavagné.

Elles visent à soutenir le secteur des travaux publics qui selon la FNTP, pourrait perdre quelque 12.000 emplois en 2015, en raison d'une nouvelle chute de son chiffre d'affaires de 8%, la plus forte en 30 ans. A partir de début avril, les fédérations régionales de la FNTP iront voir les collectivités locales pour leur faire signer une "charte pour la croissance et pour l'emploi". Elles ont aussi recensé, dans tout le territoire, 400 projets de toutes tailles, qu'il est "urgent d'accélérer" d'ici deux ans, soit 44 milliards d'euros d'investissement. 

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?