Vie commerçante

À l’étroit à Rodez, la Maison commune a un Plan B à Onet

  • Le bâtiment de la Sernam, près de la gare à Rodez, n’est plus la priorité du collectif qui a trouvé un site plus approprié à Onet.
    Le bâtiment de la Sernam, près de la gare à Rodez, n’est plus la priorité du collectif qui a trouvé un site plus approprié à Onet. RB / RB
Publié le / Modifié le S'abonner

Solidaires. Ciblé en priorité par les acteurs de «ce projet social, économique, environnemental et humain», l’entrepôt de la Sernam est désormais jugé trop étroit pour héberger toutes les activités. Un autre site a été trouvé. Un autre nom aussi.

Un autre monde est possible. Eux, en tout cas, y croient dur comme fer. Et ils ne sont visiblement pas les seuls au regard des nombreux dons qui ont afflué sur le site de la plateforme de financement participatif Ulule pour qu’aboutisse la Maison commune. Ce projet social et économique qui place l’humain et l’environnement au cœur de la démarche, réuni désormais 19 associations et deux syndicats (Canopée, Artisans du monde, la LPO, les Loco-motivés, Nature et progrès, Les Fermiers de l’Aveyron, Biodiva, la Conf’, etc.).

Appel aux dons

En quelques semaines, leur appel aux dons lancé sur la toile a été relayé par plus de 500 personnes et 35 associations, ce qui a permis de réunir près de 65 000 euros. De quoi nourrir l’enthousiasme du collectif tout en renforçant sa détermination à bâtir la Maison commune. «Cette large mobilisation conforte notre démarche, sourit José Vasquez, l’un des acteurs du projet. Les dons constituent le noyau des fonds propres qui vont nous permettre de mobiliser les ressources financières nécessaires aux futurs investissements».

Espace d’accueil, restaurant, magasin

Les futures activités envisagées sur le site de la Maison Commune ont été précisées et logiquement, vu que les acteurs sont plus nombreux, les besoins en surface ont également beaucoup évolué. «Il faut prévoir des bureaux pour les associations, poursuit-il, une salle de réunion modulable, un espace d’accueil, un restaurant, un magasin de producteurs car 65 paysans nous ont rejoints à ce jour, une épicerie bio, un atelier de découpe et aussi un garage solidaire. Tout cela nécessite beaucoup d’espace», précise encore José Vasquez. Par conséquent, le bâtiment de la Sernam ne convient plus aux attentes du collectif, qui s’est mis en quête d’un autre espace.

Un Plan B à Onet

«Un plan B en quelque sorte», lâche José Vasquez. Ce dernier semble avoir été trouvé du côté de la route de Marcillac à Onet-le-Château. Et même si l’endroit exact est encore tenu secret, le collectif fait d’ores et déjà savoir que «le site est immense (2000 m²), il correspond à nos attentes. Il est facile d’accès, se situe au cœur de l’agglomération et offre de nombreuse place de stationnement. Nous sommes actuellement en train d’étudier la faisabilité du projet en ce lieu».

Un plan B pour l’économie mondiale

Et qui dit nouveau lieu dit aussi nouvelle appellation. Exit la Maison commune, place au Plan B. «Ce nouvel endroit peut s’apparenter à un plan B, rigole José Vasquez. Mais ce plan B peut aussi être vu comme un lieu proposant une alternative aux modes économiques en vigueur», conclut-il en citant le livre de l’économiste Lester R. Brown, Un plan B pour l’économie mondiale. Avis aux associations solidaires intéressées, il reste des places à pourvoir au sein du futur Plan B (recyclerie, jardinerie bio...). 

Rachid Benarab
Voir les commentaires
L'immobilier à Onet-Le-Château

232 €

Situé à proximité des commerces et du Lycée Laroque, studio semi meublé com[...]

112900 €

A vendre appartement T4 d'une superficie de 94 m2 environ, au 1er étage san[...]

25 €

Parking extérieur n°32[...]

Toutes les annonces immobilières de Onet-Le-Château
Réagir