Environnement

La résistance s’organise contre le transformateur de Saint-Victor

  • Abrités dans une petite cabane en bois bâti sur le plateau de La Plaine, non loin de Saint-Victor-et-Melvieu, les opposants craignent que les lignes à haute tension et les éoliennes «ne dénaturent un peu plus une région déjà saturée».
    Abrités dans une petite cabane en bois bâti sur le plateau de La Plaine, non loin de Saint-Victor-et-Melvieu, les opposants craignent que les lignes à haute tension et les éoliennes «ne dénaturent un peu plus une région déjà saturée». Philippe Henry / Philippe Henry
  • La résistance s’organise contre le transformateur de Saint-Victor
    La résistance s’organise contre le transformateur de Saint-Victor Philippe Henry / Philippe Henry
  • La résistance s’organise contre le transformateur de Saint-Victor
    La résistance s’organise contre le transformateur de Saint-Victor Philippe Henry / Philippe Henry
Publié le / Modifié le S'abonner

Mobilisation. Depuis plusieurs semaines, les opposants au projet de transformateur électrique à Saint-Victor -et-Melvieu préparent des manifestations et mobilisent tous azimuts.

Régulièrement, les opposants au projet d’un transformateur électrique se réunissent à l’amassada (assemblée, en occitan). Ils étaient une dizaine, dimanche, abrités dans une petite cabane en bois bâti sur le plateau de La Plaine, non loin de Saint-Victor-et-Melvieu, à l’endroit exact convoité par Réseau de transport d’électricité (RTE). L’entreprise a prévu la construction d’un transformateur électrique qui supportera jusqu’à 400 000 volts. Les riverains craignent que les lignes à haute tension et les éoliennes «ne dénaturent un peu plus une région déjà saturée».

Lever la méfiance des élus

Autour d’un café et du poêle à bois, la résistance s’organise. Les idées fusent, on les note consciencieusement sur des petits carnets. Les militants présents ce jour-là, de tous âges, venant de l’Aveyron et des alentours, discutent des actions à mener pour informer la population de ce projet. Et surtout, mobiliser ses opposants. Par ailleurs, tous ont bien conscience qu’ils doivent communiquer sur leurs actions, pour lever la méfiance de certains, et en premier lieu des élus.

«Mobiliser le plus grand nombre»

Par exemple, Alain Fauconnier, maire de Saint-Affrique, avait d’abord tenté de faire interdire un rassemblement qui devait avoir lieu sur sa commune, fin mars. Avant que son arrêté ne soit retoqué par la préfecture et que la manifestation ne soit finalement autorisée. Aucun incident n’avait été relevé, alors qu’un peu plus de 400 opposants s’étaient déplacés. La journée s’était déroulée dans le plus grand calme. Un nouveau rassemblement est prévu les 14, 15 et 16 août prochain, à Saint-Victor-et-Melvieu.

Enquête publique

«Nous voulons organiser une manifestation autour du vent, et mobiliser le plus grand nombre, confie Marie, membre du collectif. On sait que si le transformateur est construit, les éoliennes vont se construire par dizaines dans la région.» Visiblement bien informé sur le projet porté par RTE, le collectif veut également, lors de cette prochaine manifestation, associer «d’autres personnes en France où des projets d’envergures doivent être créés», explique Marie. Les opposants au transformateur de Saint-Victor-et-Melvieu sont pour l’heure suspendus à l’enquête publique qui doit se prononcer sur l’utilité du projet. Les propriétaires fonciers refusant toujours de céder leur terrain à RTE.

Philippe Henry
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir