Insolite

Insolite : du roquefort embarqué dans un tour du monde inédit

  • Dégustation de roquefort, sur la place Rouge, à Moscou.
    Dégustation de roquefort, sur la place Rouge, à Moscou. Repro CP / Repro CP
  • Petit passage en Mongolie avant de se rendre en Chine.
    Petit passage en Mongolie avant de se rendre en Chine. Repro CP / Repro CP
  • Ici sur le lac Baïkal, en partie glacé en cette période de l'année.
    Ici sur le lac Baïkal, en partie glacé en cette période de l'année. Repro CP / Repro CP
Publié le / Modifié le S'abonner

Voyage. Le 31 mars, Mathieu Lagouanère et Élodie Calas ont chaussé leurs baskets pour un tour du monde d’un an. Dans leur sac à dos, un compagnon un peu particulier : du... roquefort !

Un vol Barcelone-Saint-Pétersbourg. Trois nuits en auberge de jeunesse. Voilà tout ce qui était réservé, à l’heure du départ pour leur tour du monde, le 31 mars dernier. Mais déjà, dans leurs têtes, l’itinéraire de ce couple de baroudeurs était tracé.

Couché sur le papier depuis des mois. Russie, Mongolie, Chine, Vietnam, Thaïlande, Nouvelle-Zélande, Pérou, Bolivie, Chili, Argentine et Afrique-du-Sud. Enfin ça, c’est dans la théorie. Car dans la pratique, les tourtereaux entendent bien se laisser porter par les événements.

Elle a 27 ans, est originaire du Tarn et arrivait sur la fin son contrat de journaliste en Lozère. Journaliste, il l’est aussi, à Millau chez nos confrères de Midi Libre. Il a 35 ans et savoure une année sabbatique pour l’occasion. Outre leur profession et leur vie, ces deux-là partagent la même bougeotte... et une passion gustative pour le roquefort. À tel point que le fromage fait partie intégrante de l’aventure.

Carnet de voyage à la sauce roquefort

"Nous ne voulions pas arriver chez les gens les mains vides, ça ne se fait pas", raconte Mathieu. "L’idée était d’emporter un petit bout de France sur notre chemin, et le roquefort s’est imposé de lui-même !" Alors, de ville en ville, ils invitent les Espagnols, les Russes et bientôt les Chinois à picorer leur protégé. Des dégustations improvisées et filmées qui atterrissent immédiatement sur le blog des deux globe-trotteurs.

Un véritable carnet de voyage, sur lequel on peut s’amuser à suivre la trace des Millavois, découvrir des vidéos de haut vol et des récits à croquer. "On consacre au blog une ou deux heures chaque soir", explique Mathieu. "C’est une gymnastique que l’on voulait s’imposer pour cadrer le voyage".

Ici sur le lac Baïkal, en partie glacé en cette période de l'année.
Ici sur le lac Baïkal, en partie glacé en cette période de l'année. - Repro CP

Faire goûter le roquefort à des Russes, malgré l'embargo 

Avec plus de 10 000 kilomètres au compteur en un mois, Mathieu et Élodie ont déjà les bras chargés d’anecdotes. "Les Catalans connaissaient le fromage, et ont beaucoup aimé. Par contre, les Russes sont bien plus froids, on n’a essuyé que des refus. Sauf sur la place Rouge où on a réussi à faire goûter notre roquefort aux sosies de Staline et Lénine, et ce, malgré l’embargo russe !" se souvient le couple, pas peu fier d’avoir bravé les douanes russes et qui s’apprête à décoller pour Pékin après une dizaine de jours dans le désert mongol. Faute d’approvisionnement, pas de dégustation en Mongolie où "il était impossible de se ravitailler".

1000 euros par mois et par personne

"Cette expérience nous permet de faire des rencontres, d’aborder les gens", ajoute Élodie. "Par exemple, nous avons sympathisé avec deux Singapouriens sur les berges du lac Baïkal. Ils nous attendent début août à Singapour pour une dégustation avec des amis, chez eux !"

Soutenus par l’entreprise Société - qui aide au ravitaillement - et par le conseil général de l’Aveyron, le couple n’en oublie pas son projet initial : le voyage. Un voyage dont ils rêvaient depuis des années et qu’ils préparent activement depuis des mois. Stage de survie sur le Larzac, parcours du combattant pour obtenir les visas, sans oublier les vaccins et le casse-tête de savoir que mettre dans le sac à dos.

Avec un budget fixé à 1000 euros par mois et par personne, Mathieu et Élodie espèrent ne remettre les pieds en métropole que dans dix mois.

Petit passage en Mongolie avant de se rendre en Chine.
Petit passage en Mongolie avant de se rendre en Chine. - Repro CP

Lola Cros
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir