Le passage de Lance Amstrong à Rodez, la veille du Tour, vous choque-t-il ?

  • Lance Armstrong sera à Rodez les 16 et 17 juillet.
    Lance Armstrong sera à Rodez les 16 et 17 juillet. AFP NATHALIE MAGNIEZ
Publié le , mis à jour

Polémique. L’annonce de la venue du cycliste américain à Rodez, la veille des 13e et 14e étapes, n’a pas laissé insensible. Bien qu’au profit d’une association caritative, cette initiative suscite des réactions très contrastées.

La dernière fois que son regard de carnassier et sa mâchoire d’acier ont croisé la cathédrale de Rodez, c’était en 2010, à l’occasion de la 13e étape du Tour de France. Dernier sur la ligne avenue Victor-Hugo, premier par terre du côté du Monastère, quelques minutes après le départ fictif, Lance Armstrong avait fait le show.

Cinq ans plus tard, l’ex-enfant chéri du cyclisme américain, déchu de ses sept Tours de France et suspendu à vie de compétition malgré ses aveux de dopage, devrait encore être la star du piton, les 16 et 17 juillet. Ces deux jours-là, 24 heures avant le peloton officiel, il parcourra avec des amateurs et des VIP les 13e et 14e étapes de la Grande Boucle, en faveur de l’association «Cure leukaemia» («Soigner la leucémie»).

Lancée par l’ancien footballeur britannique, Geoff Thomas, lui-même survivant du cancer, cette structure a proposé au Texan de se joindre à son initiative. Baptisée «Le Tour, One day ahead» («Le Tour, un jour avant»), elle a pour but de récolter 1,5 M€ pour la lutte contre le cancer du sang. Mais l’annonce vendredi dernier de la venue du coureur autrefois vainqueur d’un cancer des testicules, n’a laissé personne insensible. Dans le microcosme de la petite reine comme à Rodez. 

«Nous savons que l’implication de Lance divise l’opinion», avait d’ailleurs anticipé Geoff Thomas, cité par la BBC. Il ne croyait pas si bien dire. Et le manager de l’équipe anglaise Sky, Dave Brailsford, a été le premier à dégainer, estimant dans le Times, qu’Armstrong avait «fait assez de mal. Au nom de tous les coureurs propres dans le peloton, qui ont déjà suffisamment souffert de cette ère, qu’il les laisse tranquille. Assez, c’est assez.»

Teyssèdre : «On ne peut pas l’en empêcher»

Ce point de vue est largement partagé par Victor Santos, président du Vélo club ruthénois et coprésident du comité départemental : «Compte tenu de ses aveux, de tous les soupçons qui ont pesé sur lui, c’est totalement déplacé qu’il associe encore son image à ce sport. Il nous a assez manipulés.» Et d’en profiter pour annoncer que «ni le comité, ni le VCR ne s’associeront» à l’opération. La ville de Rodez ne devrait pas non plus être partie prenante. Même si son maire Christian Teyssèdre, averti lundi de la présence de l’Américain, est plus nuancé.

«J’ai toujours été sceptique à son égard, ,souffle ce pratiquant assidu. Mais on ne peut pas l’en empêcher.» Reste que la sécurité du Texan, déjà escorté par un service d’ordre en 2010, peut interroger tant l’ex- «boss» suscite le rejet. «Ce n’est pas mon problème, coupe court le premier magistrat. Et puis, il passera inaperçu, il est hors radar désormais.» Cette indifférence rejoint la posture des organisateurs du Tour, Amaury Sport Organisation. S’ils ne peuvent interdire l’initiative, ceux-ci se refusent en effet à tout commentaire. 

Armstrong à Rodez, «c’est déplacé»

OUI
56%
NON
44%
Maxime Raynaud
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?