Hollande se pose en président "audacieux" sur la Grèce et face aux menaces

  • Le président français François Hollande au palais de l'Elysée à Paris le 14 juillet 2015
    Le président français François Hollande au palais de l'Elysée à Paris le 14 juillet 2015 POOL/AFP - ALAIN JOCARD
  • Le président français François Hollande (c) pendant la traditionnelle interview télévisée du 14 juillet 2015 à Paris
    Le président français François Hollande (c) pendant la traditionnelle interview télévisée du 14 juillet 2015 à Paris POOL/AFP - ALAIN JOCARD
Publié le , mis à jour

François Hollande s'est posé mardi en président "audacieux", lors de sa traditionnelle interview du 14 juillet, mettant en avant son rôle dans l'accord sur la Grèce et sa détermination à protéger les Français face aux crises et à la menace terroriste.

"Je ne dis pas que c'est la France qui a gagné" mais elle a "occupé toute sa place", joué "tout son rôle" pour éviter une sortie d'Athènes de la zone euro, a affirmé M. Hollande au lendemain de cet accord, soulignant que la chancelière allemande Angela Merkel avait eu "un moment d'interrogation" en envisageant un "Grexit".

A l'offensive, M. Hollande a "proposé qu'on aille plus loin dans le gouvernement économique de la zone euro", proposant l'instauration d'"un budget de la zone euro".

"L'humiliation c'eût été de chasser" la Grèce, a-t-il aussi déclaré, alors que les conditions pour le maintien de ce pays dans la zone euro sont extrêmement contraignantes. Les réformes prévues doivent permettre aux Grecs de "retrouver de la croissance", a affirmé le chef de l'Etat, qui a répondu en trois quarts d'heure chrono aux questions de David Pujadas et Claire Chazal, en direct sur France 2 et TF1.

Le président leur a souhaité en souriant de connaître "des présidents aussi audacieux" que lui, insistant sur le "pacte de responsabilité" et la mise en place d'un "nouveau dialogue social", engagés depuis le début de son quinquennat.

Le chef de l'Etat avait auparavant assisté au défilé militaire des Champs-Elysées, auquel participaient pour la première fois des unités d'élite de la police (Raid, BRI) et de la gendarmerie (GIGN).

"Nous sommes mobilisés et je ne veux pas que les Français aient le moindre doute sur le dispositif mis en place", qui sera "maintenu tout au long des prochains mois", a assuré le chef de l'Etat, interrogé sur la menace terroriste en France, six mois après les attentats de Paris et quelques semaines après celui de Saint-Quentin-Fallavier.

"Rien ne sera relâché", "10.000 militaires seront maintenant sur le territoire" en plus des policiers et des gendarmes, soit un effectif total de 30.000, a-t-il dit.

- Sarkozy "pas sur ma table de travail" -

Sollicité sur les propos controversés de son Premier ministre, Manuel Valls, fin juin sur une "guerre de civilisation" contre l'islamisme radical, M. Hollande a nuancé, soulignant "nous sommes face à des groupes qui veulent mettre en cause les civilisations, toutes les civilisations" et "les premières victimes sont musulmanes".

M. Hollande a estimé que l'accord "très important" conclu sur le nucléaire iranien, au terme de 21 mois de négociations, était la preuve que "décidément le monde avance".

A 22 mois de la fin de son mandat, M. Hollande, toujours très impopulaire et en panne de résultats sur le front économique et social, a admis que même si la croissance "est là", elle est encore "trop faible". Selon l'Insee, elle doit être de 1,2% en 2015.

Le chef de l'Etat a promis d'activer tous les "facteurs de croissance". Les décrets de la loi Macron, que le gouvernement veut décisive pour relancer l'économie, seront "pris pour l'été", ce qui va "libérer un certain nombre d'activités", a-t-il indiqué.

Sur le plan politique, à cinq mois des régionales de décembre, dernier test électoral avant la présidentielle, M. Hollande, déjà lancé dans une précampagne qui ne dit pas son nom pour 2017, s'est toutefois refusé "à annoncer quelque candidature que ce soit".

Face aux crises internationales et aux difficultés économiques, "si je pensais à l'élection présidentielle, je serais à côté du sujet", a-t-il considéré réaffirmant qu'il entendait être jugé "sur les résultats". "S'il n'y a pas de baisse du chômage, je ne me représenterai pas", a-t-il rappelé, "c'est un principe de responsabilité".

Quant à son challenger Nicolas Sarkozy, déjà en lice pour 2017 et qui multiplie les attaques contre lui, il l'a balayé d'un revers de main: "j'ai suffisamment de sujets à traiter, celui-là n'est pas sur ma table de travail".

Le président de la République a également assuré que Manuel Valls, "un bon Premier ministre qui a pris des engagements", avait vocation à "terminer le quinquennat" à ses côtés.

La gauche doit "être moralement exigeante", a-t-il exigé, car "si les Français n'ont pas confiance, rien ne peut être obtenu".

Il a aussi laissé la porte ouvertes aux écologistes. A quelques mois de la conférence climat, "enjeu considérable" de son quinquennat, "ceux qui veulent apporter leur concours sont les bienvenus et je en vais pas faire de contrôle à l'entrée", a-t-il lancé à leur adresse.

Source : AFP

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?