Pollution de l'air: Royal prendra des mesures "extrêmement fermes" la semaine prochaine

  • Ségolène Royal à Nantes le 29 juin 2015
    Ségolène Royal à Nantes le 29 juin 2015 AFP/Archives - REMY GABALDA
Publié le , mis à jour

La ministre de l’Écologie, Ségolène Royal, annoncera "la semaine prochaine" des "mesures extrêmement fermes" de lutte contre la pollution de l'air, après la publication d'un rapport parlementaire évaluant son coût à 100 milliards d'euros par an en France.

"La semaine prochaine, je vais rendre publiques les décisions que l'Etat va prendre. Il ne faut plus que les gens rouspètent, que les gens disent +ce n'est pas le moment, on verra demain+. Il faut aussi que les maires des grandes villes prennent leurs responsabilités dès lors que la loi de transition énergétique va leur donner des moyens d'agir, notamment pour créer des zones de restriction de circulation", a déclaré Mme Royal dans la cour de l'Elysée, au sortir du Conseil des ministres.

Dans son rapport intitulé "Pollution de l'air: le coût de l'inaction" et rendu public mercredi, une commission d'enquête sénatoriale évalue globalement à 101,3 milliards d'euros le coût annuel de la pollution de l'air.

"Ce rapport va être utile pour dire ce que l'on dit maintenant depuis longtemps, à savoir qu'il y a un grave problème de santé publique, avec des infections respiratoires, de l'asthme, un coût économique aussi très important. Maintenant, plus personne n'a d'excuse pour ne pas agir", a dit Mme Royal.

"Il y a à la fois la pollution par le transport, par les voitures, le diesel, l'essence, etc... Donc il faut déployer les véhicules électriques. Il y a les pollutions agricoles avec les pulvérisations de produits chimiques qui sont ensuite rabattues sur les gens et les habitations. Et puis il y a les pollutions industrielles pour lesquelles, maintenant, il faut que les règles soient appliquées et respectées", a poursuivi la ministre.

"Des décisions extrêmement fermes vont être prises sur la base de ce rapport dont je salue la qualité, sur la base d'un consensus politique. Aujourd'hui, pour faire face à ce problème de santé publique et ce grave problème économique, il faut maintenant agir, agir vite et prendre des décisions qui soient à hauteur du problème", a également déclaré Mme Royal.

Source : AFP

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?