Grèce: l'Eurogroupe donne son feu vert pour négocier un plan d'aide

  • Le Premier ministre grec Alexis Tsipras (D) et le ministre des Finances Eyclid Tsakalotos lors d'une session du parlement à Athènes, le 16 juillet 2015
    Le Premier ministre grec Alexis Tsipras (D) et le ministre des Finances Eyclid Tsakalotos lors d'une session du parlement à Athènes, le 16 juillet 2015 AFP - ARIS MESSINIS / AFP - ARIS MESSINIS
Publié le / Mis à jour le S'abonner
-- partages

Les ministres des Finances de la zone euro ont donné leur feu vert jeudi pour l'ouverture de négociations sur un troisième plan d'aide à la Grèce, après le vote par le Parlement grec de la première série des réformes réclamées par les créanciers.

"Nous avons décidé aujourd'hui d'accorder en principe à la Grèce un soutien financier d'une durée de trois ans, subordonné au résultat des procédures nationales", ont déclaré les ministres dans un communiqué à l'issue d'une réunion téléphonique, saluant l'adoption par le Parlement grec de réformes prévues dans l'accord conclu lundi à Bruxelles.

Formellement, les négociations sur ce troisième programme d'aide, d'un montant évalué entre 82 et 86 milliards d'euros sur trois ans, ne pourront s'ouvrir qu'une fois donné le feu vert du Parlement allemand, qui doit voter vendredi.

Après le vote mercredi soir d'un premier paquet de réformes, portant notamment sur la TVA, les retraites ainsi qu'un mécanisme pour assurer l'indépendance de l'office des statistiques, le Parlement grec devra voter le 22 juillet sur un deuxième train de mesures.

"L'Eurogroupe appelle les autorités grecques à adopter rapidement, d'ici au 22 juillet, le second train de mesures et à mettre en oeuvre la législation correspondant aux premières réformes", ajoute le communiqué.

Les négociations sur ce nouveau plan de sauvetage devraient prendre au moins quatre semaines, selon plusieurs responsables européens.

En attendant le déblocage des fonds, les Européens vont devoir trouver une solution pour assurer le financement d'urgence de la Grèce, dont les caisses sont vides et les besoins estimés à 12 milliards d'euros d'ici à la mi-août. Le 20 juillet, le pays doit rembourser 4,2 milliards d'euros à la Banque centrale européenne (BCE).

Pour assurer, au moins en partie, ce "pont" financier, la Commission européenne a proposé un prêt de sept milliards d'euros à Athènes, d'une maturité de trois mois, qui seraient puisés dans un fonds communautaire relevant de la responsabilité des 28 pays de l'Union européenne.

Un accord de principe des ministres des Finances des 28 sur cette formule a été trouvé jeudi "et doit être finalisé au plus tard vendredi midi", a annoncé sur son compte Twitter le vice-président de la Commission européenne chargé de l'euro, Vladis Dombrovskis

Source : AFP

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir