Mort à Saint-Affrique : la cause accidentelle confirmée

  • Le temps de l'enquête, l'appartement étaient sous scellés judiciaire et inoccupé.
    Le temps de l'enquête, l'appartement étaient sous scellés judiciaire et inoccupé. ML
Publié le

Faits divers. Les conclusions de l’autopsie du trentenaire décédé dans la nuit de jeudi à vendredi sont tombées. Celui-ci s’est ouvert une artère en brisant une baie vitrée. Il souffrait, de plus, d’un problème cardiaque.

On en sait davantage sur les circonstances de la dramatique nuit de jeudi à vendredi, au cours de laquelle, dans un appartement de Saint-Affrique, un homme âgé de 39 ans a perdu la vie. Les résultats de l’autopsie du défunt, réalisée à Montpellier, sont tombés dimanche après-midi, et corroborent la version avancée par les quatre témoins des événements, qui avaient immédiatement été placés en garde à vue.

Bref, «la thèse accidentelle qu’ils avaient avancée est confirmée», indique une source proche de l’enquête. À la lecture des conclusions du médecin légiste, le Saint-Affricain présentait une profonde lacération à un bras : «Son artère humérale a été touchée; il a perdu beaucoup de sang». Mais ce constat n’explique pas à lui seul son décès. En effet, le trentenaire «présentait également une artère coronaire bouchée». Aussi, «la combinaison de ces deux éléments, une cause accidentelle et une cause médicale, lui a été fatale», explique-t-on.

Perte de contrôle

Le fil des événements s’éclaircit donc. Lors de cette soirée fortement alcoolisée organisée dans un appartement du 8 rue Paul-Bert, le Saint-Affricain, sous l’emprise de l’alcool, a visiblement perdu le contrôle de lui-même et s’est mis à tout casser dans le logement. Après avoir mis à l’abri, dans une chambre, les deux femmes qui étaient présentes, ses deux amis ont tenté de le raisonner. Sans effet. C’est alors que l’homme de 39 ans s’est ouvert le bras en brisant une baie vitrée, et a commencé de se vider de son sang.

Immédiatement, l’un de ses compagnons est sorti dans la rue pour appeler à l’aide, tandis que le second a tenté de lui porter secours. Selon nos informations, il aurait même tenté de faire un garrot au blessé qui, toujours surexcité, l’a repoussé et l’a fait tomber sur un bout de verre. Ce qui explique la présence, dans l’appartement où s’est joué le drame, d’un blessé secouru par les sapeurs-pompiers de Saint-Affrique et transporté à l’hôpital. Mais les secours dépêchés sur place n’étaient pas parvenus à ranimer celui qui venait de grièvement se blesser au bras.

Fin de garde à vue

Certes, tous les protagonistes de cette affaire ont été placés en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie de cette cité sud-aveyronnaise. Et il est vrai que deux d’entre eux venaient de se faire défavorablement remarquer par les forces de l’ordre, deux jours plus tôt, pour des faits de violence. L’intention des enquêteurs consistait à faire toute la lumière sur le déroulement de cette triste soirée et de s’assurer de la véracité des propos des comparses du défunt qui, dès l’ouverture des investigations, ont tous assuré qu’il s’agissait d’un accident. Au regard de tous ces éléments, les quatre personnes retenues par les gendarmes du Sud-Aveyron ont été libérées hier, en tout début de soirée. Et l’enquête devrait être clôturée et classée sans suite.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?