Estivada de Rodez

L’Estivada pour tout l’Oc du monde

  • L'Estivada débute ce soir jusqu’à samedi.
    L'Estivada débute ce soir jusqu’à samedi. José A. Torres -
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Événement. A partir d’aujourd’hui, et jusqu’à samedi, Rodez se met à l’heure occitane. Durant quatre jours, l’Estivada prend ses quartiers dans la ville. Une grande fête, mais aussi un site de défense de la langue d’oc.

En Aveyron, l’été est rythmé par les fêtes de village. De mai à septembre, au pied de tous les clochers, il y a au moins un week-end où se déroule une fête, autour de laquelle les voisins, la famille, les amis et des touristes aussi se retrouvent pour échanger, boire un verre, danser, écouter de la musique, refaire le monde.

Au fil du temps, l’Estivada est aussi devenue la grosse fête de village que Rodez n’avait pas. Un rendez-vous populaire qui, l’année dernière, pour son installation sur l’esplanade des Rutènes, et comme lors des années précédentes, a suscité un sacré engouement. (Découvrez ici le programme complet de cette édition).

«L’Estivada est dans l’ADN de la ville»

«C’est un moment exceptionnel, au cours duquel se croisent des gens de toutes générations, de toutes professions. C’est aussi la raison pour laquelle Rodez est vraiment attachée à cet événement» raconte Sarah Vidal, élue adjointe chargée notamment de la culture. «L’Estivada est dans l’ADN de la ville, je l’ai souvent dit» confie-t-elle. Cela, sans pour autant oublier ce qui fait l’essence même de ce rendez-vous : l’occitan. Avec son histoire, son phrasé, ses cultures, sa joie de vivre aussi.

«Le canal du midi et l’Occitan», le lien des deux régions

Avec la réorganisation géographique du pays et le rapprochement du Languedoc-Roussillon et de Midi-Pyrénées, Rodez se retrouve plus que jamais la capitale de l’Occitanie durant ses quatre jours. «Pour moi, il y a deux choses essentielles qui relient les deux grandes régions : le canal du Midi et l’occitan», lance Sarah Vidal. «L’Estivada est l’illustration parfaite de l’essence de notre territoire et de son histoire. Les acteurs du territoire sont en avance, l’Estivada a déjà réuni les territoires», s’enthousiasme Sarah Vidal, rappelant au passage l’investissement des élus, dont le président de la Région Martin Malvy, pour soutenir la langue occitane.

«Nouvelle phase de développement»

L’Estivada offre également à la ville, principale manne du festival, un rayonnement qui pourrait prendre une nouvelle ampleur. Son directeur, Patric Roux, voit en tout cas en cette vingt-deuxième édition, «une nouvelle phase de développement» avec les Eurorégions, via notamment le rapprochement avec les Îles Baléares, après celui de la Catalogne. Plus que jamais donc, et comme le souligne Sarah Vidal, «l’Estivada est un carrefour géographique, culturel, de langues et social». Rodez et son festival des cultures occitanes voit là l’occasion d’être non seulement une grande et belle fête de village. Mais aussi un espace déterminant dans le développement de la langue occitane. Car, pour l’Estivada et Rodez , le village s’étend du nord de l’Italie au nord de l’Espagne. De quoi transformer l’Oc en or !

Sur le même sujet
Réagir