Insolite

À la maison de la Bourette, le temps s’est arrêté en 1940

  • Alain Delpech est un passionné qui a l’art de donner vie aux objets.
    Alain Delpech est un passionné qui a l’art de donner vie aux objets. Pa. D. S. / Pa. D. S.
Publié le / Modifié le S'abonner

Patrimoine. À Vabre-Tizac, Danielle et Alain Delpech viennent d’ouvrir dans le bourg un musée insolite. Sur deux étages, les visiteurs peuvent y trouver de nombreux objets de différents corps de métiers.

 

C’est avant tout une histoire de chance. Si la porte de la maison de la Bourette (le surnom de l’ancienne occupante) est ouverte, les curieux sont partis pour remonter le temps jusque dans les années 1940, et pour certains objets même avant, avec une visite de plus de deux heures.

Ce musée insolite installé dans le bourg de Vabre-Tizac s’est presque imposé aux propriétaires, Danielle et Alain Delpech. Lors d’un grand nettoyage - l’ancien boulanger René Rouquette, père de Danielle, utilisait le bâtiment comme débarras -, les époux ont découvert une forge jusque-là tombée dans l’oubli ; l’idée est venue ensuite de conserver tous les objets et de les faire « parler ».

Après de nombreuses années de travail - le plancher a été restauré, les pièces accrochées aux murs, les recherches réalisées pour connaître l’utilisation de certains objets... -, les visiteurs sont désormais accueillis avec le sourire par Danielle et Alain Delpech.

Le rez-de-chaussée, la cave d’autrefois, est consacré aux métiers des champs, du charron, du tonnelier, du vigneron... Le maître des lieux, qui a démonté et monté un bon nombre de pièces, n’a pas son pareil pour expliquer et montrer comment elles étaient utilisées par nos ancêtres ; au milieu de ces objets insolites, trône un vélo à la date toute trouvée, 1915, et en excellent état de fonctionnement. L’étage ressemble à une maison d’habitation avec son coin cuisine, la chambre, la salle de bains ou plutôt la toilette... ; on y trouve également un bureau d’école avec de vrais cahiers à l’écriture soignée de Danielle Delpech et de sa mère, des billets de banque édités pendant la guerre 39-45, dont un qui ressemble étrangement à une monnaie étrangère, du matériel de couture et de filature... et un objet que le « guide » vous demandera de trouver son utilisation car il ne la connaît pas.

C’est bien une des rares choses qu’il ne sait pas. Avec un peu de chance, les visiteurs sauront trouver... la porte ouverte.
 

Paulo Dos Santos
Voir les commentaires
L'immobilier à Le Bas Ségala

175000 €

Cette maison en pierre de 110 m² habitable se trouve dans un endroit calme.[...]

221000 €

Située à 10 minutes de Villefranche de Rouergue, sur une parcelle de 26 000[...]

294000 €

Située à 15km de Villefranche, belle propriété composée d’une maison d’habi[...]

Toutes les annonces immobilières de Le Bas Ségala
Réagir