Législative partielle : sept candidats à la succession d'Alain Marc

Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Depuis l’élection de l’ancien député UMP de la deuxième circonscription, Alain Marc, au Sénat, le 1er octobre 2014, le Sud Aveyron était privé de représentant à l’Assemblée nationale. La faute à un recours déposé au Conseil constitutionnel par l’ancien sénateur socialiste Alain Fauconnier.

Le maire de Saint-Affrique contestait la sincérité du scrutin, en affirmant notamment que les candidats Jean-Claude Luche et Alain Marc, président et vice-président de ce qui était encore le conseil général, avaient usé de leur fonction pour influencer les grands électeurs, en distribuant aux collectivités locales, avant le scrutin, un certain nombre de subventions notamment via le fonds départemental d’intervention locale.

En juin dernier, le Conseil constitutionnel a validé les élections de Jean-Claude Luche et Alain Marc. Autorisant ainsi une nouvelle élection législative, dans la 3e circonscription. Celle-ci aura lieu les 6 et 13 septembre prochains. Le dépôt des candidatures était clôturé, ce vendredi, à 18 heures.

Sept candidats en lice

Cette législative partielle mettra en présence sept candidats à la succession d’Alain Marc, dont l’ancien conseiller général et maire de Vezins, Arnaud Viala, qui défendra les couleurs des Républicains et de la majorité départementale. À droite, on retrouvera la candidature du représentant de Debout la France, David Hygonenq. Loïc Massebiau, de l’Union Populaire Républicaine, est également candidat.

Le Front National sera représenté par son secrétaire départemental, Jean-Guillaume Remise. À gauche, l’ancien secrétaire fédéral du parti socialiste et maire de Sainte-Eulalie-de-Cernon, Pierre Pantanella, représentera le PS, alors que Sophie Tarroux se présentera sous la bannière du Front de gauche.

Un septième candidat, Thierry Noël, se présentera comme divers écologiste. Europe Écologie-Les Verts a décidé de ne pas présenter de candidat mais EELV explique, dans un communiqué, se réserver le droit de soutenir «une candidature citoyenne conforme à ses valeurs.»

Sur le même sujet
Réagir