Najac

Rallye de détection à Najac : une plongée dans l’histoire

  • La patience et l’observation sont les deux qualités qu’il faut posséder afin de ne pas passer à côté de belles trouvailles.
    La patience et l’observation sont les deux qualités qu’il faut posséder afin de ne pas passer à côté de belles trouvailles. - Centre Presse
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Patrimoine. Le 14e rallye de détection de Midi-Pyrénées s’est déroulé, hier, à Najac. Des férus de recherche en tout genre, venus de toute la France ont partagé leur passion, détecteurs en main.

«Bip, Bip, Bip»… Dans les champs qui bordent le camping des Lumières, du côté de Sourbins, près de Najac, les détecteurs de métaux vont bon train à l'occasion du 14e rallye de détection de Midi-Pyrénées. «Nous accueillons près de 250 participants qui viennent de toute la France», déclare Pierre Segond, responsable du camping des Lumières.

En une journée, les participants ont dû retrouver un certain nombre d’objets, en particulier des reproductions de pièces de monnaies anciennes enterrées au préalable par les organisateurs de la manifestation. «Il s’agit de la plus grande manifestation de ce genre en France», ajoute Gilles Cavaillé, vendeur de détecteurs de métaux et d’accessoires pour les chasseurs de trésor à Toulouse et responsable du magazine Monnaie détection. 

Loisir "addictif"

«C’est un vrai loisir qui rassemble pas mal de monde. On est dehors, on marche, jamais dans le même environnement et surtout on frissonne. La prospection de loisir, ça peut même devenir addictif», lâche-t-il. Quelques mètres plus loin, un participant a encore les mains qui tremblent après sa trouvaille: une pièce en or.

Dépollution

Pour ces passionnés, ce loisir, c’est une plongée dans l’histoire. De plus en plus de personnes s’investissent dans cette activité. Certains essaient même d’en faire une seconde activité, en devenant auto-entrepeneur. «Le nombre croît, mais des véritables professionnels qui peuvent vivre de cette activité sont rares. En France, nous devons être une dizaine, pas plus», souligne Gille Cavaillé. Et des trouvailles, le hasard permet d’en faire. 

L’an passé, lors de l’édition 2014 du rallye, un participant avait fait une découverte archéologique majeure  : un plat gallo-romain, qui s’apparentait à une patère.  Une trouvaille qui avait suscité un certain émoi et d’âpres discussions avec les services de la direction régionale des affaires culturelles (Drac) quant au sort de l’objet. Cette activité constitue également un excellent moyen de dépollution. «Sur le site de recherche, nous avons mis à disposition des brouettes qui permettront d’évacuer des morceaux de métaux qui n’ont rien à voir avec notre manifestation. Mais surtout cela permettra d’assainir les terrains visités», souligne Gilles Cavaillé.

À lire aussi
Réagir