Urband Soul revient "au pays" pour son premier concert en France

  • Urband Soul revient "au pays" pour son premier concert en France
    Urband Soul revient "au pays" pour son premier concert en France repro Centre Presse
Publié le , mis à jour

Producteur aveyronnais installé à Londres, Romain Andrieu alias RKB se produira avec son groupe Urband Soul, samedi sur la scène du Krill à Onet-le-Château. L'occasion pour le natif de Sébazac que nous avions déjà rencontré au mois de janvier, de revenir aux sources de son inspiration en transmettant, pourquoi pas, un peu de son énergie communicative. Entretien.

Vous assurez lundi votre premier concert en France, non loin de la commune qui vous a vu naître. Cette date est-elle importante pour vous ? Quels sont vos sentiments ?

Cette date est sentimentalement très importante. La famille et les amis seront présents pour nous soutenir. Certains d’entre eux soutiennent le projet depuis les premières heures, je me dois donc de leur proposer une représentation des plus sincères.

Vous vous êtes "exporté" à Londres. Que vous a apporté cette expérience outre-Manche ? Auriez-vous pu vous épanouir de la même façon en France ?

L'expérience londonienne m’a permis de découvrir une ville imprégnée d'une culture musicale immense. C'est quand même la ville qui a vu naître la plupart des plus grands groupes de ces 30 dernières années -des Beatles en passant par les Pink Floyd, les Rolling Stones, Fat Boy Slim, plus récemment Artic Monkey ou Roots Manuva- et qui continue à faire émerger régulièrement des groupes qui ont ou auront un impact conséquent dans le monde de la musique. 

Pour m’a part, je pense que c’est là une des grandes différences avec l'industrie musicale française qui est beaucoup plus cloisonnée. Il reste encore très difficile d'amener de nouvelles sonorités au public. Les labels ou les radios sont beaucoup moins intéressés par les musiques émergentes et privilégient des styles déjà éprouvés qui leur permettent de minimiser le risque financier. Tout cela fait de l’industrie musicale française, une industrie stagnante, pauvre est malheureusement très frileuse.

C'est d'ailleurs pour ça que de nombreux producteurs français, gourmands de découvertes, s’exportent aujourd'hui en Angleterre ou aux USA pour pouvoir profiter d’une autre vison. Et même si la France est reconnue pour la qualité de sa musique, et de ses producteurs émergents, ce n'est malheureusement pas sur ses terres. 

Après avoir produit un EP de 5 titres intitulé "The Drop", vous sortez votre premier album début janvier ? Quel accueil attendez-vous ?

Le EP "The Drop", extrait de l’album du même nom avec le single "Transformation", a été très bien reçu notamment sur le marché américain. L’album a également été classé dans le Top Chart sur Reverbnation dans la catégorie London Hip Hop pendant trois mois. Nous avons eu de bons retours suite à cette sortie, ce qui laisse présager le meilleur pour la sortie prévue en 2016. La sortie 2016 se fera sûrement sur un Label Anglais, mais rien n'est signé pour le moment. 

 

Outre le volet strictement musical, vous apportez une attention toute particulière à l'aspect vidéo avec des clips étonnants. Sensibilité ou nécessité "marketing" ?  

Sensibilité. Nous avons accompagné le single "Transformation" avec un clip vidéo atypique, contemporain, un travail d’avant-garde sous la direction du réalisateur Giorgio Bosisio. Elle a été diffusée sur trois chaînes de télévision américaines notamment à New York, présentée sur des sites spécialisés tels que Beable Music et a été sélectionnée dans plusieurs festivals. Le tournage de la nouvelle vidéo "Wake up" est prévu en novembre sous la direction de Cedric Layrac avec la participation du réalisateur du groupe Bonobo ! La grande classe (rires).

Vous profitez de votre retour en Aveyron pour animer un atelier auprès des élèves de CM1 et CM2 de l'école de Sébazac. Qui est à l'origine de cette initiative ? Qu'attendez-vous de cet échange ?

C'est une initiative de l'association "La chambre de Télémaque" et plus précisément de Rémi Pradalier. C'est pour nous un honneur de partager, à travers le biais musical, un peu de temps avec les représentants de cette génération d'avenir. On débarque avec notre projet, avant tout pour partager, vibrer, les faire sourire, danser... Nous espérons aussi leur transmettre l’envie, l’espoir en leur démontrant que tous leurs rêves sont réalisables. C'est pour nous une expérience nouvelle, une rencontre que nous attendons impatiemment. 

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
L'immobilier à Onet-Le-Château

162000 €

Vous êtes à la recherche d'un appartement sur la commune d'Onet le Château [...]

355 €

Vous êtes à la recherche d'un logement sur le secteur d'Onet-le-Château ?Ve[...]

20 €

Vous résidez sur le secteur d'Onet-le-Château et vous souhaitez stationner [...]

Toutes les annonces immobilières de Onet-Le-Château
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?