Assises du Lot : «Une rivière en bonne santé est vecteur de développement»

  • Gestion de l’eau, qualité de la rivière et de ses aménagements, navigabilité... Autant de thèmes développés dans un seul but : garder le Lot comme une artère vitale dans la région.
    Gestion de l’eau, qualité de la rivière et de ses aménagements, navigabilité... Autant de thèmes développés dans un seul but : garder le Lot comme une artère vitale dans la région. Archives RDS
Publié le , mis à jour

Environnement. Lundi à Cahors, les «Assises du bassin versant du Lot» ont jeté les bases des nécessaires projets pour préserver la rivière et ses populations riveraines.

Lancer des pistes de travail pour l’avenir était le maître mot de ces premières «Assises du bassin versant du Lot» qui ont eu le mérite, lundi à Cahors, de réunir élus et forces vives concernés par l’avenir de leur territoire. Lequel passe, de l’avis de tous, par la protection d’une rivière qui irrigue l’économie, le tourisme et la vie sociale.

Et si Ségolène Royal n’était pas présente dans la cité cadurcienne elle a adressé aux nombreux participants un message fédérateur : «La question de la solidarité autour des vallées est un enjeu capital de notre politique environnementale et de notre avenir. Elle concerne toutes les générations et nous donne une pressante obligation d’agir par rapport aux effets du dérèglement climatique. Cette vallée est sublime. Je prendrai connaissance de vos travaux».

Le Lot engage chaque année 300 000€ pour l’entretien de la rivière

Des travaux qui ont porté sur la préservation des populations. Contre les caprices de la rivière, qui «doivent être transformés en atout», par le développement de la navigabilité et de l’aménagement des berges pour lesquels l’Entente interdépartementale du bassin du Lot consacre son énergie. À l’instar du département du Lot qui engage chaque année 300 000€ pour l’entretien de la rivière.

Et l’Aveyronnais Christian Bernad, président de l’Entente de plaider : «Une rivière en bonne santé est un vecteur de développement économique. Le soutien des étiages enrichit notre vallée. Les cinq présidents des départements du bassin-versant du Lot se sont prononcés en faveur de la prolongation des concessions d’EDF. C’est notre partenaire historique». 

Nouvelle gouvernance

Conscience partagée, volonté commune d’aller de l’avant... Ces Assises en appellent d’autres pour concrétiser les projets ébauchés lundi à Cahors. D’autant que la réunion avait d’abord pour but de réviser la gouvernance du bassin-versant du Lot, en conformité avec les directives européennes et françaises. La transformation de l’Association pour l’aménagement de la vallée du Lot et de l’Entente interdépartementale du bassin du Lot, présidées respectivement par Christian Bernad et Serge Bladinières, était donc nécessaire.

«La gouvernance de l’eau qui existe depuis longtemps sur le bassin du Lot doit être adaptée et renforcée. Le défi, c’est de rassembler au-delà des acteurs de l’eau, a notamment lancé Serge Bladinières. L’ensemble des collectivités devront être toujours parties prenantes dans le développement économique et touristique des territoires (régions, départements). Cette nouvelle entité devra assurer la cohérence entre la stratégie portée à l’échelle du bassin-versant et l’action globale comme l’a toujours fait l’Entente. Ceci dans les trois domaines fédérateurs que sont la gestion des milieux aquatiques, la prévention des inondations et le développement d’un tourisme de vallées»..

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir