Le préfet valide les trois premières communes nouvelles

  • Une cérémonie pour marquer l’événement.
    Une cérémonie pour marquer l’événement. CC - CC
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

L’Aveyron comptait 304 communes, elles ne sont plus que 297 désormais, dix d’entre elles n’en font plus que trois. Une dynamique nouvelle est en marche, comme a pu le saluer le préfet Louis Laugier vendredi en fin de journée en recevant les élus qui ont décidé de créer chacun dans leur territoire, une commune nouvelle. Ce dispositif, imaginé voilà plus de quarante ans a retrouvé son intérêt en mars dernier quand le législateur a décidé d’assortir la création d’une commune nouvelle d’un avantage budgétaire non négligeable: le maintien et l’abondement des dotations de l’État durant trois ans.

Volonté commune

Rappelons que plusieurs communes peuvent décider de se regrouper pour créer une seule collectivité territoriale, sous un seul nom, tout en conservant jusqu’aux prochaines élections municipales, le même nombre d’élus et des maires délégués. Ce n’est pas tant l’aspect technique qui est important, mais la volonté commune de bâtir des projets au bénéfice de la population.

Pour Louis Laugier, la démarche a valeur d’exemple, dans un contexte où il devient nécessaire et urgent de «rationaliser et renforcer l’intercommunalité» et pour lequel «les élus peuvent compter sur la collaboration de l’État». Le préfet a ainsi signé, en compagnie des élus, les arrêtés de création de Bas Ségala (qui réunit Saint-Salvadou, La Bastide-l’Évêque et Vabre-Tizac). Sévérac d’Aveyron (qui rassemble Buzeins, Lavernhe, Lapanouse, Sévérac et Recoules-Prévinquières) et Saint-Geniez-d’Olt et Aubrac (composé de Saint-Geniez et Aurelle-Verlac). Des communes nouvelles qui en appellent d’autres, d’ici la fin de l’année notamment.

Sur le même sujet
Réagir