Sébazac : l’Estréniol accueille de nouveaux venus

  • La zone n’en finit plus de s’étendre pour capter toujours plus d’enseignes et conserver sa dynamique économique.
    La zone n’en finit plus de s’étendre pour capter toujours plus d’enseignes et conserver sa dynamique économique. José A. Torres / Centre Presse
Publié le , mis à jour

Commerce. L’extension de la zone du Comtal devrait être terminée au printemps.

Les travaux de la zone commerciale du Causse Comtal commencent à prendre tournure. Située face au grand Leclerc, la nouvelle zone qui accueillera bientôt de nouvelles enseignes (lire par ailleurs) s’étend sur 6000 m2. Ces nouvelles enseignes, qui vont redonner un coup de fouet commercial à cette zone, sont autant attendues par les chalands que par les élus. Jean-Philippe Keroslian, premier vice-président de Rodez agglo et Florence Cayla, vice-présidente de l’agglo et maire de Sébazac se réjouissent de voir se concrétiser cette nouvelle phase.

"C’est l’Agglo qui a vendu le terrain pour ces constructions. Quand on voit que les enseignes sont au rendez-vous et souhaitent s’implanter sur ces zones commerciales, cela confirme à quel point Rodez reste attractif", souligne Florence Cayla. La vente des terrains est tellement bien partie que Jean-Philippe Keroslian commence à pointer du doigt le "manque futur du foncier. Il faut qu’on puisse répondre à cette attractivité et je pense que tout le monde a intérêt à travailler avec l’Agglo", a-t-il confié.

Un investissement d’1,6 M€

En attendant, la collectivité procède aux travaux d’aménagement et de voirie. Elle prend également en charge la réalisation d’un giratoire central et des branchements desservant les établissements commerciaux et un quartier résidentiel. En effet, tout un quartier d’habitations sort de terre. Le coût de cette nouvelle tranche de travaux est estimé à 1,6 M€. Une somme non négligeable en terme d’investissement.

Cependant, la collectivité ne perd pas d’argent. Elle en gagne même, car les recettes s’élèvent à 1,7 M€. "La zone commerciale doit avoir des recettes", souligne à juste titre, Jean-Philippe Keroslian. Pour autant, pas question pour les élus de donner des permis de construire à n’importe quelle enseigne. "Le but est de trouver un équilibre sur cette zone. Elle est réservée prioritairement aux enseignes pour l’équipement de la personne et de la maison", ajoutent les deux élus. Les enseignes de bouche resteront donc dans les centres bourgs et les centres-villes.

Un choix pertinent pour ne pas dévitaliser les centres historiques des communes de l’agglomération ruthénoise. Pour l’instant, aucune des enseignes attendues n’est prête à ouvrir encore. Il faudra attendre le printemps pour pouvoir aller faire son shopping. Actuellement, c’est le ballet des camions qui anime la zone commerciale où tout reste à faire: terrassement, bordures, parking, éléments paysagers etc.

Salima Ouirni
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?