A Onet, une pétition pour sauver la Baleine

  • Les internautes se mobilisent pour ne pas que la salle de spectacle tire définitivement le rideau.
    Les internautes se mobilisent pour ne pas que la salle de spectacle tire définitivement le rideau. José A. Torres
Publié le , mis à jour

Plombée par un déficit de 700 000€ avance la municipalité, la salle de spectacle castonétoise pourrait dire adieu à sa programmation. Les internautes se mobilisent.  

On la dit moribonde, élitiste, dispendieuse.  A Onet, le sort de La Baleine interroge ! Il interroge d'autant plus que le maire, Jean-Philippe Kéroslian, s'est décidé, pour "optimiser cette structure", à couper les vivres de la salle de spectacle qui présenterait un déficit de 700 000€. 

A l'occasion de la cérémonie des vœux, le premier magistrat ne s'en est pas caché : "Il n’est financièrement plus possible de proposer une programmation culturelle aussi sélective et destinée à satisfaire les attentes d’un public restreint, majoritairement composé de non castonétois". Ajoutant que la municipalité "va prochainement travailler à revenir à des rapports raisonnés entre son offre culturelle et le coût supporté par notre municipalité".

"On ne peut pas parler de déficit"

Un discours qui inquiète une partie des Castonétois et habitants de l'Agglomération, qui viennent de lancer une pétition, "Soutenons le théâtre de la Baleine pour garantir son identité et son envergure", signée pour l'heure par un peu plus de 600 personnes. 

"Nous, personnes issues de la société civile, techniciens du spectacle, artistes, spectateurs et professionnels de la culture, nous étonnons de la décision unilatérale prise par le Maire d’Onet-le-Château de rompre avec une programmation artistique professionnelle au sein du Théâtre de La Baleine" peut on lire dans cette pétition qui rejette la notion même de déficit :

"Il est reproché à cet établissement un déficit de 700 000€. Or il s’agit de son budget de fonctionnement, comprenant la masse salariale mais également les charges incompressibles du bâtiment : assurances, fluides, amortissement. Ces charges représentent environ 450 000€. A cela s’ajoute l’emprunt. Ces frais demeureront à la charge de la collectivité, même en cas de cessation de l’activité artistique.

Le volet artistique représente 320 000€, dont 40 000€ pour le festival du Rire, 6000€ pour le festival de théâtre amateur, 20 000€ pour le concert du Nouvel an, et 50 000 € pour le Krill seuls événements qui seraient a priori maintenus encore à la charge de la collectivité après cessation de la saison. On ne peut, donc, pas parler de déficit. Il s’agit du montant alloué pour faire fonctionner ce théâtre, service public de la Ville."

Concertation avec l’ensemble des acteurs du territoire

"La Baleine, c’est 5 emplois administratifs, 4 techniciens permanents, une douzaine d’intermittents, ce qui représente 21 personnes. À cela s’ajoute l’ensemble des salariés des entreprises sous-traitantes : restauration, locations de matériel, d’instruments, communication…", détaille la pétition qui propose enfin, qu’une "concertation avec l’ensemble des acteurs du territoire soit mise en œuvre, afin de trouver une solution pérenne pour le maintien de la programmation artistique professionnelle au théâtre de La Baleine."

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
L'immobilier à Onet-Le-Château

35 €

Parking couvert n°51 R-1[...]

135000 €

Nouvelle maison à potentiel sur le secteur d'Onet-le-Château !. L'extérieur[...]

35 €

Parking couvert n°48 R-1[...]

Toutes les annonces immobilières de Onet-Le-Château
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?