José Bové : le gouvernement «ne règle pas le problème de fond»

  • José Bové.
    José Bové. José Torres
Publié le , mis à jour

Agriculture. L'eurodéputé écologiste José Bové a accusé Manuel Valls de "reculer pour mieux sauter" jeudi après l'annonce du Premier ministre de baisses et de reports de charges pour les agriculteurs.

L'eurodéputé écologiste José Bové a accusé Manuel Valls de "reculer pour mieux sauter" jeudi après l'annonce du Premier ministre de baisses et de reports de charges pour les agriculteurs, qui ne "règle pas le problème au fond" de la crise agricole selon lui. "C'est une fois de plus une petite avancée mais à très très court terme, parce que ça ne règle pas le problème au fond", a déclaré M. Bové sur France Inter.

Manuel Valls a annoncé mercredi une baisse de sept points des cotisations sociales de tous les agriculteurs ainsi qu'une "année blanche sociale" pour les agriculteurs ayant dégagé de très faibles revenus en 2015. "En gros, on va reporter les cotisations sociales d'une année, ce qui ne veut pas dire qu'elles seront effacées, (...) donc en réalité c'est reculer pour mieux sauter", a-t-il expliqué. "Quand il annonce uniquement les baisses de cotisations, il ne rend pas service au ministère de l'Agriculture parce que ce n'est pas ce qu'attendent les paysans", a dénoncé M. Bové.

"Stéphane Le Foll connaît les dossiers agricoles mais il est pieds et poings liés", a regretté M. Bové à propos du ministre de l'Agriculture qu'il a connu en commission au Parlement européen. "A lui d'assumer et de faire un rapport de force avec le Premier ministre et dire à François Hollande qu'on ne peut pas sacrifier comme ça l'agriculture". Appelant à aller dans le "fond des sujets", comme le fait que les cours actuels soient insuffisants par rapport aux "coûts de production" des agriculteurs, M. Bové a demandé à entamer un "bras de fer avec Bruxelles".

"C'est quand même marrant de se dire que sur l'agriculture, on se couche devant la commission mais que quand c'est monsieur Cameron qui vient à Bruxelles, lui on lui déroule le tapis rouge", a ironisé le député européen. "Est-ce que les paysans ne valent pas autant que monsieur Cameron ? Moi je dis oui", a-t-il ajouté. M. Bové a aussi annoncé qu'il ne se rendrait pas au Salon de l'agriculture qui doit se dérouler du 27 février au 6 mars à Paris, trouvant cela "indécent". "Je n'y mettrai pas les pieds", a-t-il affirmé. "Je trouve que ce n'est pas correct d'être là pour regarder ces belles choses et en même temps de voir les paysans crever à l'autre bout de la France".

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?