Rodez a un nouveau statut

  • Sébastien Joseph (à droite) n’a pas hésité à se mêler 
à ses joueuses pour communier avec le public.
    Sébastien Joseph (à droite) n’a pas hésité à se mêler à ses joueuses pour communier avec le public. José A. Torres
Publié le

Football (Féminines). Après avoir accroché le PSG (défaite 1-0), les Ruthénoises continuent de grandir et elles l’ont prouvé samedi en réussissant le nul contre Juvisy.

Sébastien Joseph n’a pas pour habitude de trop extérioriser ses sentiments. Ni expansif, encore moins exubérant. Samedi soir, les observateurs et le public de Paul-Lignon ont pourtant découvert deux nouveaux visages du personnage.

À la pause, visiblement agacé, il a accompagné Hélène Burban jusqu’au vestiaire pour essayer de comprendre pourquoi l’arbitre avait stoppé net l’élan de Marine De Sousa alors que, oubliée dans le rond central, elle amorçait une action qui aurait pu faire mouche. On ne saura jamais !

Au coup de sifflet final, il a serré un poing râgeur, avant de se mêler à ses joueuses pour saluer les spectateurs qui ont longuement applaudi la performance des sang et or. Si exploit n’est pas approrié, les Ruthénoises ont signé une belle performance en tenant en échec Juvisy (1-1).

Une première à domicile ! En effet, si les Aveyronnaises avaient déjà réussi un nul contre les Franciliennes à l’issue de l’une de leurs douze con- frontations, il remonte à près de quatre ans et avait eu pour cadre la pelouse de Viry-Chatillon.

Gaëtane Thiney :  «Une formation homogène, qui a fait d’énormes progrès»

«Face au PSG (défaite uniquement 1-0, NDLR), on a été bien dans l’envie. Là, on a été bien dans l’envie et dans le résultat», se réjouit Sébastien Joseph. Rodez est en pleine croissance et ce score de parité face à une des quatre grosses cylindrées du championnat prouve que la formation ruthénoise grandit régulièrement. Un sentiment partagé par Gaëtane Thiney, la pièce maîtresse de Juvisy, absente du terrain samedi à cause d’une contracture à un quadriceps mais spectatrice attentive dans les tribunes.

«Le Rodez de ce soir n’a rien à voir avec celui de la saison passée, ni même avec celui du match aller, a insisté l’ancienne internationale. C’est une formation homogène, qui a fait d’énormes progrès et qui est toujours difficile à jouer, surtout sur son terrain, car elle ne lâche rien».

Bel hommage. La progression des Ruthénoises s’appuie, en particulier, sur un groupe de joueuses qui se sont bonifiées individuellement et cela donne un collectif ne baissant jamais les bras. Marine Haupais et ses partenaires ont savouré cette belle performance mais elles sont déjà tournées vers la réception de Guingamp en quart de finale de la coupe de France, samedi à 15h30 au stade Paul-Lignon. 

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?