Onet-le-Château : un conseil municipal en eaux troubles

  • Christian Mazuc, au premier plan, l'adjoint aux finances.
    Christian Mazuc, au premier plan, l'adjoint aux finances. Yvette Salles / Centre Presse
Publié le , mis à jour

Les finances au cœur du débat sur La Baleine et sur la vente d’une parcelle aux Balquières.

On vous en parlait en début de semaine, le conseil municipal du 22 février s'est trouvé quelque peu chahuté. En effet, le collectif citoyen constitué pour défendre La Baleine, s'était invité devant la mairie, afin de se faire entendre.

Le conseil municipal s'est déroulé dans la foulée, avec quelques tensions. Parmi les dossiers portés à l’ordre du jour, celui de La Baleine aura eu, bien sûr, une place importante au cœur des débats du dernier conseil municipal, majorité et opposition campant sur leurs positions; celle-ci a donc voté contre le budget annexe de La Baleine (892 000€  en fonctionnement - 52 000€ en investissement).

"Nous ne pouvons plus assumer, seuls, cet équipement. Aussi si des entités extérieures, Etat, Région et Département nous apportent leur soutien, nous pourrions revoir la programmation de La Baleine à la hausse", assure le maire Jean-Philippe Keroslian qui reproche à Fabrice Geniez, son prédécesseur, d’avoir porté une ambition qu’il ne pouvait assumer : "Personne ne vous demandait de porter une ambition culturelle. Les entités extérieures ont fait la sourde oreille et maintenant j’espère qu’elles vont nous aider, cela nous semble légitime au vu des fréquentations."

Une ambition que Fabrice Geniez assume totalement, comme "un service public rendu à la population". Le budget alloué pour la clôture de la saison (de septembre à fin décembre) sera de 40 000€  et la programmation s’appuiera sur des locaux. Une somme plus qu’insuffisante pour Fabrice Geniez et qui, selon lui, n’incitera pas les collectivités à un large soutien. L’opposition a réclamé au maire de réexaminer le dossier de La Baleine "comme vous l’avez fait pour la patinoire".

Parcelle à vendre

La vente d’une parcelle aura également suscité bien des remarques. Aux Balquières c’est un terrain de 3938 m2 (entre l’ancienne gendarmerie et le centre de tri) qui a été vendu pour 304 282 €. Y prendront place deux bâtiments collectifs et un lotissement. Une acquisition par le même promoteur qui s’est vu refuser l’achat du terrain des Costes-Rouges, par l’actuelle municipalité, et dont la sortie du lotissement prévu se fera sur la plaine de la Gaffardie.

"Ce n’est pas sérieux de brader ainsi le patrimoine. Pourquoi être si pressé? Pourquoi cette délibération aujourd’hui? Vous gelez un terrain, cela est bien obscur", interroge Christophe Noyer pour l’opposition, qui s’inquiète par ailleurs des nuisances qui seront apportées dans le quartier, notamment en matière de circulation. "Nous avons vendu au-delà de l’estimation des domaines. Pour votre part, vous aviez acheté le terrain de la Secam plus cher que l’estimation. Non il n’est pas question de bétonnage à tout va dans le secteur", assure Jean-Philippe Keroslian.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
L'immobilier à Onet-Le-Château

159000 €

Dans le quartier dynamique de Saint Firmin, proche des commoditées, se situ[...]

255000 €

REF : Baldo // Appartement 4 pièces en duplex - 110m2 loi carrez - deux gar[...]

129000 €

ONET-LE-CHÂTEAU : appartement T3 en vente - EXCLUSIVITÉ - EN BON ÉTAT GÉNÉR[...]

Toutes les annonces immobilières de Onet-Le-Château
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?