Rugby : la campagne de dons du SRA débute dès aujourd’hui

  • Jean-Paul Barriac, le président du Stade Rodez Aveyron, prie pour être entendu au plus vite. En effet, la campagne de dons a dû être largement accélérée sous peine de possiblement «mettre la clé sous la porte» dès le 16 mars prochain !
    Jean-Paul Barriac, le président du Stade Rodez Aveyron, prie pour être entendu au plus vite. En effet, la campagne de dons a dû être largement accélérée sous peine de possiblement «mettre la clé sous la porte» dès le 16 mars prochain ! Jean-Louis Bories / Jean-Louis Bories
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Le gendarme financier du rugby (DNACG) a convoqué le club ruthénois devant une commission d’appel décisive le 16 mars, soit bien plus tôt qu’il ne l’espérait. L’obligeant ainsi à accélérer sa campagne de dons qui débute du coup dès aujourd’hui et non mardi prochain.

C’est avec un ton grave, à l’image de la situation dans laquelle est empêtré le SRA, que le président Jean-Paul Barriac a lu un communiqué à l’ensemble de la presse ruthénoise, hier après-midi.

Des mots sur les maux d’un club qui en plus de manquer de liquidités, doit depuis lundi et la réception de sa convocation devant la commission d’appel de la DNACG, le 16 mars prochain, jouer une course contre le temps.

«Ce lundi, nous avons reçu la convocation, débute ainsi ce communiqué. La rencontre est imminente, fixée au mercredi 16 mars (à Marcoussis, dès 11 heures, NDLR).» Alors que «dans notre demande d’appel, nous avions demandé à être auditionnés mi-avril», est-il encore écrit.

«Il est donc urgent d’anticiper la demande de soutien financier. Elle démarre dès ce mercredi», peut-on lire aussi. Et cela bien que la rencontre du 8 mars à la salle des fêtes de la ville, où supporters, partenaires, bénévoles, élus, médias mais aussi citoyens et amoureux de la balle ovale sont attendus pour témoigner de leur soutien, soit maintenue.

Plus de «président providentiel»

L’enjeu est limpide à en croire le boss des joueurs de Fédérale 1, mais aussi de toutes les équipes du club. Il en va de la survie du rugby à Rodez. «Je lance un appel à toutes les personnes qui ne veulent pas voir mourir un club centenaire», écrit-il en direction des particuliers, entreprises et collectivités.

Car si le 16 mars, les 150 000€ que demande la DNACG ne sont pas garantis, «soit l’objectif n’est pas rempli et on met la clé sous la porte, soit il ne l’est que partiellement et ce serait très compliqué de fonctionner». De surcroît, le gendarme financier souhaite de nouvelles structures au sein du club. «On ne peut plus fonctionner avec un président providentiel, mais il faut une vraie équipe (Barriac).»

Pour rappel, il est à noter que le club n’envisage pas de récolter «seulement» la somme demandée par la DNACG, mais 100 000€ de plus. L’explication : «Un manque de roulement». Pour rappel encore, le SRA supporte, en outre, le remboursement d’une dette ancienne à auteur de 50 000€ par an pendant encore six ans, selon le président.

Hier, «deux ou trois» chèques de don avaient déjà été encaissés par le club. Le sprint s’annonce donc compliqué. Au SRA, cette fois, il n’y a pas que l’argent qui manque. Le temps fait défaut. Mais le président de positiver via une métaphore sportive: «Quand on entre sur un terrain, en principe, ce n’est pas pour perdre. Nous, on y croit! On croit en notre projet.» Aux donateurs d’être convaincus. Et vite.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir