Faits divers

Attentats à Bruxelles : Au moins 34 morts et environ 200 blessés

  • Attentats à Bruxelles : Au moins 34 morts et environ 200 blessés
    Attentats à Bruxelles : Au moins 34 morts et environ 200 blessés
  • Attentats à Bruxelles : Au moins 34 morts et environ 200 blessés
    Attentats à Bruxelles : Au moins 34 morts et environ 200 blessés
  • Attentats à Bruxelles : Au moins 34 morts et environ 200 blessés
    Attentats à Bruxelles : Au moins 34 morts et environ 200 blessés
  • Une victime reçoit les premiers secours près de la station de metro de Maalbeek .
    Une victime reçoit les premiers secours près de la station de metro de Maalbeek . AFP / AFP
  • Attentats à Bruxelles : Au moins 34 morts et environ 200 blessés
    Attentats à Bruxelles : Au moins 34 morts et environ 200 blessés AFP LAURIE DIEFFEMBACQ / AFP LAURIE DIEFFEMBACQ
  • Le hall des départs à l'aéroport de bruxelles de Zaventem, le 3 août 2015
    Le hall des départs à l'aéroport de bruxelles de Zaventem, le 3 août 2015 BELGA/AFP/Archives / BELGA/AFP/Archives
  • Le président du Conseil européen Donald Tusk a fait part de son "horreur" après les "attentats terroristes" .
    Le président du Conseil européen Donald Tusk a fait part de son "horreur" après les "attentats terroristes" . AFP / AFP
  • "Nous sommes en guerre", a de nouveau affirmé mardi Manuel Valls
    "Nous sommes en guerre", a de nouveau affirmé mardi Manuel Valls AFP / AFP
  • Attentats à Bruxelles : Au moins 34 morts et environ 200 blessés
    Attentats à Bruxelles : Au moins 34 morts et environ 200 blessés
  • Attentats à Bruxelles : Au moins 34 morts et environ 200 blessés
    Attentats à Bruxelles : Au moins 34 morts et environ 200 blessés AFP / AFP
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

DIRECT. Bruxelles a été secouée mardi matin par plusieurs attaques meurtrières, apparemment terroristes, avec des explosions à l'aéroport international et dans le métro de la capitale belge qui ont fait au moins 26 morts et des dizaines de blessés.

19h25. Bruxelles: un engin explosif et un drapeau de l'EI découverts lors de perquisitions après les attentats

Un engin explosif contenant des clous, ainsi que des produits chimiques et un drapeau de l'Etat islamique, ont été découverts lors de perquisitions menées mardi à Bruxelles après les attentats qui ont ensanglanté la capitale belge, a annoncé le parquet fédéral. "Les perquisitions qui ont eu lieu à Schaerbeek (une commune bruxelloise, ndlr) ont mené à la découverte d'un engin explosif contenant entre autre des clous", précise un communiqué du parquet. "Les enquêteurs ont également découvert des produits chimiques et un drapeau de l'Etat Islamique", est-il ajouté. Les attentats ont fait une trentaine de morts et plus de 200 blessés dans le métro et à l'aéroport international de Bruxelles. 

18h. Attentat à l'aéroport de Bruxelles : appel à témoin pour identifier un suspect

Attentats à Bruxelles : Au moins 34 morts et environ 200 blessés
Attentats à Bruxelles : Au moins 34 morts et environ 200 blessés - AFP

La police fédérale belge a appelé des témoins à se manifester pour identifier un homme sur une capture d'écran, figurant parmi les suspects de l'attaque qui a fait au moins 14 morts à l'aéroport international de Bruxelles. "Qui reconnaît cet homme ?", demande la police belge, sous une capture d'écran diffusée sur un compte Twitter dédié aux avis de recherche. On y voit un homme portant une veste et une chemise claires, portant des lunettes sous un chapeau noir et poussant un chariot avec un gros sac noir.  

17h30. L'aéroport international de Bruxelles restera fermé mercredi (PDG sur Twitter)

L'aéroport international de Bruxelles-Zaventem, frappé mardi matin par un attentat, restera fermé mercredi, a annoncé le PDG de la société exploitante Brussels Airport, Arnaud Feist. "L'aéroport restera fermé jusqu'à mercredi compris", a écrit Brussels Airport sur son compte Twitter, citant M. Feist. Un attentat mardi matin a fait au moins 14 morts à Zaventem, selon le dernier bilan provisoire communiqué à l'AFP.  

 

 

17h25. Une troisième "bombe" n'a pas explosé à l'aéroport international de Bruxelles (gouverneur provincial)

Trois bombes avaient été introduites" mardi matin dans l'aéroport de Bruxelles par les auteurs des attentats, mais l'une d'elles "n'a pas explosé", a annoncé le gouverneur de la province du Brabant Flamand, Lodewijk De Witte.

Une équipe de déminage avait procédé en début d'après-midi à l'explosion d'un objet suspect dans le hall de départs, où au moins 14 personnes sont mortes dans deux explosions mardi matin. "C'est parce que trois bombes avaient été introduites dans le bâtiment dont une n'a pas explosé, la troisième", a expliqué Lodewijk De Witte lors d'un point de presse à l'aéroport, retransmis à la télévision.

16h35. Le groupe Etat islamique responsable des attentats de Bruxelles (agence liée à l'EI)

Le groupe jihadiste État islamique (EI), qui contrôle une partie de la Syrie et de l'Irak, est responsable des attentats meurtriers qui ont fait une trentaine de morts mardi à Bruxelles, a indiqué une agence en ligne liée au groupe.

"Une cellule secrète des soldats du Caliphat (...) s'est élancée en direction de la Belgique croisée", affirme le texte accusant ce pays de n'avoir "cessé de combattre l'islam et les musulmans".  

"Des combattants de l'État islamique ont mené une série d'attentats à l'aide de ceintures et d'engins explosifs mardi, prenant pour cible un aéroport et une station de métro dans le centre de la capitale belge Bruxelles, un pays participant à la coalition internationale contre l'État islamique", a affirmé l'agence de presse Aamaq.  

16h08. Le gouvernement belge décrète un deuil national de trois jours (officiel)

Le gouvernement belge a décrété mardi un deuil national de trois jours, après les attentats à l'aéroport international et le métro de Bruxelles, qui ont fait au moins 34 morts, selon un dernier bilan. "C'est un deuil exceptionnel, tous les drapeaux nationaux seront donc en berne sur tous les bâtiments officiels du pays", a indiqué à l'AFP le porte-parole de Charles Michel, Premier ministre belge, Frédéric Cauderlier.

Leurs noms : Mohamed Abrini, Najim Laachraoui et les frères Khalid et Ibrahim el-Bakraoui. Ces quatre suspects sont activement recherchés par la police belge depuis l'arrestation de Salah Abdeslam le 18 mars et a fortiori depuis les attentats de Bruxelles ce mardi 22 mars 2016.  

16h. Les médias belges diffusent des images de suspects captées par la vidéo-surveillance

Une image sur laquelle figurent des auteurs présumés des attentats commis mardi matin à l'aéroport de Bruxelles, captée par la vidéo-surveillance, a été diffusée par les autorités belges, rapporte l'agence Belga. Trois hommes qui poussent des chariots à bagages sont visibles sur cette photo, qui montre des "suspects" des attentats qui ont fait au moins 14 morts à l'aéroport, précise Belga, qui a eu "confirmation du parquet fédéral" qu'elle "pouvait diffuser ces images", selon un responsable de l'agence interrogé par l'AFP.  

15h38. Attentats de Bruxelles : "il est temps" d'adopter le fichier PNR du transport aérien européen (Valls)

Manuel Valls a de nouveau appelé mardi le Parlement européen à adopter rapidement, après les attentats de Bruxelles, le registre européen des passagers aériens, dit "PNR", malgré l'hostilité de parlementaires européens, de gauche notamment, à l'encontre de cet outil de l'antiterrorisme.

"A mon tour, je le dis: il est temps de l'adopter. Et je dis notamment aux groupes socialiste et écologiste du Parlement européen: chacun doit prendre ses responsabilités (...) On a assez perdu de temps sur cette question", a-t-il dit devant les députés français à l'Assemblée nationale.

Le PNR (« Passager Name Record » ou « registre des noms de passagers ») est un projet d'énorme fichier recensant l’identité de tous les passagers des avions circulant, entrant ou sortant de l’espace européen auquel les services de renseignement auraient accès. 

14h44. Mogherini émue aux larmes par les attentats de Bruxelles 

Emue aux larmes, la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini a déploré un "jour très triste pour l'Europe" en évoquant les attaques meurtrières de Bruxelles, lors d'une conférence de presse mardi à Amman.

C'est "un jour très triste pour l'Europe, au moment où l'Europe et sa capitale souffrent de la même douleur que cette région (du Moyen-Orient) a connue et connaît chaque jour", a déclaré Mme Mogherini, aux côtés du ministre jordanien des Affaires étrangères Nasser Judeh. "Nous sommes solidaires non seulement avec la souffrance des victimes, mais aussi dans la réaction à ces actes et la prévention ensemble contre la radicalisation et la violence", a dit Mme Mogherini avant de fondre en larmes.

"Je vais m'arrêter ici. Vous allez comprendre. Aujourd'hui est un jour difficile...", a-t-elle ajouté, emportée par ses émotions. M. Judeh a tenté de consoler la chef de la diplomatie européenne en la prenant dans ses bras, avant de quitter les lieux, précipitant ainsi la fin de la conférence de presse. Auparavant, M. Judeh avait condamné "fermement" des attaques "criminelles et terroristes". Venue du Liban Mme Mogherini, a rencontré aussi mardi le roi Abdallah II et devait visiter le camp de réfugiés de Zaatari dans le nord du royaume.  

Attentats à Bruxelles : Au moins 34 morts et environ 200 blessés
Attentats à Bruxelles : Au moins 34 morts et environ 200 blessés

14h36. "Probablement une vingtaine de décès", 106 blessés (maire de Bruxelles)

L'attentat perpétré mardi matin dans le métro de Bruxelles a fait "probablement une vingtaine de décès" ainsi que 106 blessés, a annoncé dans l'après-midi le bourgmestre (maire) de Bruxelles Yvan Mayeur lors d'une conférence de presse, évoquant un bilan encore provisoire.

Un précédent bilan, communiqué par la Stib, la société exploitant les transports en commun, faisait état de 15 morts et 55 blessés à la station de métro de Maelbeck, à 300 mètres des institutions européennes. "La situation dans le métro est extrêmement chaotique", a reconnu M. Mayeur, évoquant "un travail important pour identifier les victimes".  

14h20. Des démineurs font exploser un objet suspect à l'aéroport de Bruxelles

Des démineurs ont fait exploser mardi peu avant 14H00 un objet suspect à l'aéroport international de Bruxelles, après les attentats qui ont fait au moins onze morts sur le site tôt le matin, selon une journaliste de l'AFP sur place. Une explosion en provenance de l'aérogare a retenti et de la fumée s'échappait du toit du bâtiment, a rapporté cette journaliste.

Les services de déminage de l'armée vont "procéder à la neutralisation d'un colis suspect à l'aéroport", avait prévenu quelques instants auparavant le centre de crise mis sur pied dans la matinée après les attentats. Selon la chaîne flamande VTM, qui ne citait pas de source, les autorités soupçonnaient la présence d'une ceinture d'explosifs dans l'aéroport. 

Témoignages de soutien devant la Bourse de Bruxelles

13h44. Le gouvernement belge «craint toujours qu'il y ait des personnes dans la nature»

L'enquête sur les auteurs des attentats qui ont frappé ce mardi Bruxelles est «toujours en cours», les autorités craignant qu'il y «ait encore des personnes dans la nature», a indiqué le ministre belge des Affaires étrangères. «L'enquête est toujours en cours», a dit Didier Reynders, interrogé par la télévision belge RTBF. «On craint toujours qu'il y ait des personnes dans la nature», a-t-il ajouté.

13h30. Attentat dans le métro de Bruxelles : au moins 15 morts et 30 blessés graves  

L'attentat dans le métro de Bruxelles mardi matin a fait au moins quinze morts et 55 blessés, a annoncé l'exploitant du réseau de transports en commun de la capitale, la Stib, les pompiers précisant qu'une trentaine de blessés relevaient de la "première urgence". "Nos pensées vont aux victimes et à leurs familles. Quinze victimes et 55 blessés à ce stade (bilan provisoire)" à la suite de l'attentat, selon la Société de transports bruxellois Stib sur Twitter.

Les pompiers, contactés par l'AFP, sont pour le moment dans l'impossibilité de donner "un bilan définitif" de l'attentat contre une rame de métro arrêtée à la station de Maalbeek, dans le quartier des institutions européennes. Mais "on dénombre plus ou moins 70 blessés (...) une trentaine de première urgence, le reste est moins grave", a expliqué son porte-parole Pierre Meys. "Toutes les personnes ont maintenant été transportées" à l'hôpital, a-t-il précisé.

Selon une chargée de communication de l'hôpital universitaire Erasme, les blessés relevant de la "première urgence" sont des victimes de "lésions sévères; membres arrachés, fractures, lésions cérébrales". "Tous les hôpitaux de la région bruxelloise sont mobilisés", a ajouté à l'AFP Sophie Coppens, directrice de la communication dans cet hôpital qui avait accueilli à la mi-journée "14 blessés dont huit qualifiés d'urgence Une".

Outre la station de métro Maalbeek vers 09H00 (08H00 GMT), deux autres explosions, dont une "probablement provoquée par un kamikaze" selon le parquet fédéral, se sont produites une heure plus tôt dans le hall des départs de l'aéoroport international de Zaventem. Il y a eu à l'aéroport au moins 11 morts, selon les pompiers.  

13h30. Dans un communiqué, le parquet fédéral belge demande "instamment" à la presse de "s'abstenir de communiquer des informations relatives à l'enquête judiciaire en cours". Le quotidien belge Le Soir, qui avait annoncé des perquisitions à Bruxelles, a aussitôt décidé via Twitter "de ne PLUS diffuser d'informations sur les perquisitions en cours".

13h20.  La maire de Paris, Anne Hidalgo, appelle à un "rassemblement silencieux" à 19 heures devant l'Hôtel de Ville de Paris.

13h11. Les attentats de Bruxelles "violent" les enseignements de l'islam (Al-Azhar)

Al-Azhar, prestigieuse institution de l'islam sunnite basée en Egypte, a condamné mardi les attentats meurtriers perpétrés à Bruxelles, estimant qu'ils violaient "les enseignements tolérants de l'islam". "Al-Azhar condamne fermement ces attaques terroristes. Ces crimes haineux violent les enseignements tolérants de l'islam", a indiqué dans un communiqué l'institution. "Si la communauté internationale ne s'unit pas pour faire face à cette épidémie, les corrompus ne cesseront jamais de perpétrer leurs crimes abjects contre les innocents", a-t-elle ajouté.

Le ministère des Affaires étrangères égyptien a également condamné les explosions survenues à l'aéroport de Bruxelles ainsi que dans une station de métro de la capitale belge et qui ont fait au moins 26 morts et des dizaines de blessés, selon un bilan provisoire. "L'heure est venue pour la communauté internationale d'adopter une position décisive pour faire face au terrorisme", a estimé le ministère dans un communiqué, réclamant "des mesures rapides et efficaces" pour empêcher "le financement" et "le recrutement des groupes terroristes".  

12h20. La sécurité des centrales nucléaires belges renforcée

La sécurité a été renforcée autour des deux centrales nucléaires de Belgique après les attentats survenus mardi matin à Bruxelles, a appris l'AFP mardi auprès de l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN). "Les sites nucléaires de Belgique, qui étaient déjà en vigilance accrue, font l'objet de mesures complémentaires. On renforce la vigilance accrue déjà de mise depuis fin 2015", après les attentats de Paris, a indiqué à l'AFP un porte-parole de l'AFCN, Sébastien Berg.

Il a refusé d'entrer dans les détails, rappelant que l'armée avait été déployée en fin de semaine dernière sur ces sites dans le cadre d'une mesure déjà prévue pour renforcer la sécurité du pays. "Les véhicules sont contrôlés, la police et l'armée sont sur place", a décrit l'agence Belga. La Belgique compte deux centrales nucléaires équipées de sept réacteurs au total, à Doel (nord) et Tihange (sud-est). Deux autres sites, un centre de l'énergie nucléaire situé à Mol (nord-est) et l'Institut des radioéléments de Fleurus (sud), font également l'objet d'une sécurisation renforcée, selon M. Berg.

François Hollande : "C'est toute l'Europe qui est frappée"

François Hollande s'est exprimé via un communiqué mardi midi. Il estime que "toute l'Europe est frappée" et que l'Europe doit prende "les dispositions indispensables face à la gravité de la menace". "La France qui a été elle-même attaquée en janvier et novembre dernier y prend toute sa part", a ajouté le chef de l'Etat.

11h50. Le Premier ministre belge Charles Michel confirme "deux attentats", l'un à l'aéroport de Zalentem, l'autre au métro Maelbeek :  La Belgique a été frappée par deux attentats «aveugles, violents et lâches». «Il y a de nombreux morts.» 

L'attentat à l'aéroport de Bruxelles "probablement provoqué par un kamikaze" (procureur belge)  

Deux explosions se sont produites "ce matin à l'aéroport" de Bruxelles, "dont l'une (a été) probablement provoquée par un kamikaze", a déclaré mardi le procureur fédéral belge, Frédéric Van Leeuw, lors d'une conférence de presse.

"Ce matin à Zaventem (aéroport international de Bruxelles) deux explosions se sont produites dans le hall des départs, l'une étant probablement provoquée par un kamikaze et un petit peu après une demi-heure après une explosion s'est produite à (la station de métro) Maelbeek", dans le quartier européen de la capitale belge, a-t-il dit.

11h40. "Nous sommes en guerre", redit Valls

"Nous sommes en guerre", a de nouveau affirmé mardi Manuel Valls
"Nous sommes en guerre", a de nouveau affirmé mardi Manuel Valls - AFP

"Nous sommes en guerre", a de nouveau affirmé mardi Manuel Valls après les attentats de Bruxelles, exprimant sa "solidarité" et sa "compassion" aux victimes et à la Belgique. "Nous sommes en guerre, nous subissons depuis plusieurs mois en Europe des actes de guerre.

Et face à cette guerre, il faut une mobilisation de tous les instants", a déclaré le chef du gouvernement en arrivant à la réunion des députés socialistes à l'Assemblée, après une réunion d'urgence à l'Elysée qui a débouché sur de nouveaux renforcements des mesures de sécurité en France.  

Le président du Conseil européen Donald Tusk a fait part de son "horreur" après les "attentats terroristes" .
Le président du Conseil européen Donald Tusk a fait part de son "horreur" après les "attentats terroristes" . - AFP

11h32. Le président du Conseil européen condamne "les attaques terroristes" à Bruxelles

Le président du Conseil européen Donald Tusk a fait part de son "horreur" après les "attentats terroristes" qui ont fait au moins 21 morts et des dizaines de blessés mardi matin à l'aéroport international de Bruxelles et dans le métro de la capitale belge. "Ces attaques marquent un nouveau niveau de bassesse par les terroristes au service de la haine et de la violence", a déploré M. Tusk dans une communiqué. Un des attentats a visé la station de métro de Maelbeek, à quelques centaines de mètres des bâtiments des institutions européennes à Bruxelles. 

 

 

 

11h23. Explosions de Bruxelles : les trains Thalys ne partent plus ou font machine arrière

Le trafic des trains Thlays est à l'arrêt sur l'ensemble du territoire belge après les explosions meurtrières à Bruxelles, et ceux en circulation dans les pays limitrophes rebroussent chemin, a indiqué le groupe mardi à l'AFP. Cet arrêt du trafic des Thalys intervient dans le cadre de la décision des autorités belges de fermer tous les lieux de transports publics, a-t-on précisé. La circulation des trains Thalys sur le territoire belge "est arrêtée depuis quelques minutes", a indiqué un porte-parole peu avant 11H00.  

11h10. Bernard Cazeneuve, le ministre de l'intérieur français annonce que 1 600 policiers et gendarmes supplémentaires ont été déployés en France depuis ce matin.  

10h44. Attentat suicide à l'aéroport de Bruxelles

Le procureur du Roi vient d'annoncer que l'une des deux explosions de l'aéroport de Zaventem était consécutive à un attentat suicide.

Au moins 21 morts dans les explosions à Bruxelles, selon un bilan provisoire.

Une victime reçoit les premiers secours près de la station de metro de Maalbeek .
Une victime reçoit les premiers secours près de la station de metro de Maalbeek . - AFP

Les explosions survenues mardi matin à Bruxelles, à l'aéroport international et dans une station de métro, ont fait au moins 21 morts, selon un bilan provisoire peu avant 11 heures (10H00 GMT), a annoncé un porte-parole des pompiers de la capitale belge à l'AFP. Il y a "11 morts" à l'aéroport de Zaventem et également "une dizaine" à la station Maalbeek dans le quartier européen "où il y a eu une très grosse explosion dans le métro", a dit M. Pierre Meys.

"La plupart des blessés ont déjà été évacués, la situation est assez chaotique". "A Zaventem, des faux plafonds sont tombés, il y a des gravats (...) il se peut qu'on trouve d'autres victimes", a ajouté ce porte-parole. Selon le parquet fédéral belge cité par la chaîne publique RTBF, il y aurait au moins 13 morts et 35 blessé à l'aéroport de Zaventem où au moins deux explosions ont eu lieu vers 07H00 GMT.

Ces explosions interviennent quatre jours après la capture spectaculaire de Salah Abdeslam, un Français d'origine marocaine, seul survivant du commando auteur des attentats jihadistes du 13 novembre à Paris (130 morts), à Molenbeek, une commune bruxelloise. Des tirs auraient d'abord été entendus dans le hall des départs de l'aéroport international de Bruxelles, avant qu'une personne ne lance des cris en arabe et que deux explosions retentissent, ont indiqué plusieurs témoins sur place cités par l'agence de presse Belga.  

 

 

 

Le ministère des Affaires étrangères ouvre à son tour un numéro d'urgence : 01 45 55 80 00

ou 00 32 2 506 47 11 depuis la France.

10h31. Une quinzaine de personnes blessées dans l'explosion du métro (VIDEO)

Une quinzaine de personnes blessées recevaient des premiers secours à l'extérieur d'une station de métro, d'où s'échappait un nuage de poussière et une odeur de brûlé, située à 300 mètres de la Commission européenne, a constaté un journaliste de l'AFP. Parmi ces blessés, qui se trouvaient au sol devant la sortie de la station Maelbeek, plusieurs avaient le visage en sang, certains étaient en larmes. De nombreux véhicules de police, d'ambulances et de pompiers affluaient sur place.  

10h27. La sécurité a été renforcée dans les aéroports, gares et transports en commun à Paris après les explosions survenues mardi matin à l'aéroport international de Bruxelles et dans le métro de la capitale belge, a-t-on appris auprès de la préfecture de police. La présence policière a été renforcée "au niveau des aéroports, des gares et des transports en commun, avec une vigilance accrue des forces de police sur le territoire de l'agglomération", a indiqué cette source.

L'aéroport de #Bruxelles a mis en place un numéro d'urgence pour les personnes sans nouvelles de proches ou d'amis  : Questions about family or friends > Call 02/753.73.00 ou 

10h06. Bus, trams, métros ne circulent plus à Bruxelles (officiel)

Au moins 13 morts et 35 blessés dans les explosions à l'aéroport international de Bruxelles (médias belges)

10h00. Réunion à l'Elysée Manuel Valls et les ministres de l'Intérieur et de la Défense, Bernard Cazeneuve et Jean-Yves Le Drian, sont reçus mardi à 10 heures pour faire le point avec François Hollande après les explosions à Bruxelles. 

Attentats à Bruxelles : Au moins 34 morts et environ 200 blessés
Attentats à Bruxelles : Au moins 34 morts et environ 200 blessés

9h57. Les mesures de sécurité sont en cours de renforcement à l'aéroport parisien de Roissy-Charles-de-Gaulle après les explosions multiples de mardi matin dans un aéroport et une station de métro de Bruxelles, a appris l'AFP de source aéroportuaire.

"Le dispositif de prévention et de sécurisation est en cours de déploiement sur chacun des huit terminaux de l'aéroport et dans les deux gares, avec contrôles des trains en provenance de Bruxelles et mobilisation d'équipes cynophiles", a expliqué cette source, précisant qu'une demi-compagnie de CRS devait aussi être mobilisée en renfort.  

9h51. Toutes les stations du métro de Bruxelles ont été fermées mardi matin après plusieurs explosions, notamment dans une station du quartier européen, après celles survenues à l'aéroport international de Bruxelles, a annoncé l'exploitant des transports en commun bruxellois. "Fermeture du métro #STIB" a écrit dans un tweet la Société des transports intercommunaux de Bruxelles (Stib). Une explosion s'est produite à la station Maalbeek qui aurait fait plusieurs blessés, selon des images de la RTBF montrant des secours intervenant à l'extérieur de la station.  

9h29 : Explosion dans une station de métro du quartier européen à Bruxelles L'explosion a été confirmée par un journaliste AFP.

9h25. Le niveau d'alerte antiterroriste est passé mardi matin à son niveau maximal, pour l'ensemble de la Belgique, après des explosions à l'aéroport de Bruxelles, a annoncé un porte-parole du ministre de l'Intérieur Jan Jambon. Ce niveau d'alerte, qui était jusque-là au niveau trois, est passé au niveau 4, son niveau maximal, pour l'ensemble du pays, a indiqué ce porte-parole cité par l'agence Belga.  

 

 

 

8h13. Au moins une personne est morte et plusieurs autres ont été blessées dans deux explosions qui ont frappé l'aéroport international de Bruxelles mardi matin, a annoncé la police fédérale à l'agence Belga.

Selon un témoin cité par la radio publique francophone RTBF, les explosions ont eu lieu près d'une porte d'embarquement vers les Etats-Unis, fauchant un grand nombre de personnes. Il a fait état de "beaucoup de gens avec du sang sur eux".

Une première explosion a été entendue dans le hall des départs, puis une deuxieme déflagration, selon des médias belges qui ont ajouté que de nombreuses personnes quittaient l'aéroport en courant, abandonnant leurs bagages dans l'aéroport d'où s'échappait de la fumée, selon les images retransmises par les médias belges.

"Il y a d'abord eu une petite explosion puis une plus grande, au niveau de l'enregistrement", a raconté Teresa Küchler, une journaliste du quotidien suédois Svenska Dagbladet, sur le site internet du journal.

"Tout le bâtiment a tremblé, il y a de la fumée partout et des gens se sont retrouvés à terre dans le terminal. Ils n'avaient pas l'air blessés, mais plutôt s'être probablement jetés au sol. Il est tombé des débris du toit".

L'aéroport a été fermé et évacué, selon l'agence de contrôle aérien Belgo Control, un dernier avion ayant décollé vers 08h13.

L'aéroport de Bruxelles est fermé "jusqu'à nouvel ordre", a confirmé mardi sur son site internet Eurocontrol, l'organisation européenne pour la sécurité de la navigation aérienne.

Un "plan catastrophe" a été déclenché par les autorités locales.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir