Agriculture : la Confédération paysanne réaffirme ses positions

  • Francis Sabrié, Francis Enjalbert et Laurent Reversat, les porte-parole de la section départementale de la Confédération paysanne.
    Francis Sabrié, Francis Enjalbert et Laurent Reversat, les porte-parole de la section départementale de la Confédération paysanne. Guillaume Verdu / Centre Presse
Publié le

Les membres de la section aveyronnaise de la Confédération paysanne ont tenu leur assemblée générale, mardi, à Olemps. L’occasion de réaffirmer les principes de l’organisation syndicale, en cette période de crise pour le monde agricole. "Nous proposons un modèle d’agriculture paysanne, familiale et à taille humaine", rappelle Francis Enjalbert, l’un des trois porte-parole de la section aveyronnaise, avec Laurent Reversat et Francis Sabrié.

"L’agriculture industrielle est à bout de souffle, poursuit Laurent Reversat. Elle détruit l’emploi, l’environnement et n’est pas compétitive." Concernant la crise actuelle des cours des biens agricoles, la «Conf’» s’oppose aux mesures prises par le gouvernement. "Elles ne seront d’aucun effet, si ce n’est de faire payer deux fois les citoyens", grince Francis Sabrié. Le syndicat prône un contrôle des prix. "Il faut un volume garanti à un prix garanti pour tous les biens agricoles destinés aux marchés français et européen, avance Laurent Reversat. De plus, nous souhaitons qu’il y ait une maîtrise de la production agricole par l’Union européenne."

Par ailleurs la Confédération paysanne s’oppose au Tafta, traité de libre-échange entre l’Union européenne et les États-Unis, en cours de négociation. Lors de la dernière session de la chambre d’Agriculture, ils ont proposé une motion à ce sujet, qui a été rejetée. "Nous la proposerons à nouveau au vote", prévient Laurent Reversat, décidé à ne pas lâcher.

La Confédération paysanne appelle à manifester contre le projet de loi sur la réforme du code du travail, jeudi 31 mars à 14h30 à Rodez.

Guillaume Verdu
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?