Escandolières : plus qu'un conseiller à élire

  • La majorité des 200 Escandolièrois inscrits sur les listes électorales se sont déplacés pour voter.
    La majorité des 200 Escandolièrois inscrits sur les listes électorales se sont déplacés pour voter. Rachid Benarab
Publié le

La crise politique aux multiples rebondissements qui a paralysé la vie démocratique d’Escandolières depuis quelques mois est en passe d’être résolue. Il faudra néanmoins encore patienter une semaine et le second tour de l’élection municipale (dimanche 10 avril) pour connaître la composition définitive du nouveau conseil municipal, car il reste encore un siège à pourvoir.

78 voix requises 

En effet, parmi les neuf prétendants inscrits à l’élection d’hier, cinq ont réuni le nombre de voix suffisant (78) qui leur permet de siéger dans le futur conseil municipal. Il s’agit de Séverine Nolorgues (110 voix), Élodie Seguy (109 voix), Catherine Lievrouw (102 voix), Christian Palayret (87 voix) et Alain Turlan qui est élu avec tout juste 78 voix. Hormis Alain Turlan, qui se présentait seul sur la liste intitulée Pour la défense des intérêts communaux, les quatre autres élus étaient réunis au sein d’une liste baptisée Pour Escandolières. Quant à Simon Massbaum (54 voix), Muriel Abriac (63 voix), Alexandre Rouquette (73 voix) et Christine Poux (76 voix), ils devront en passer pour le second tour pour tenter d’accrocher la dernière place.

Forte participation 

À noter la forte participation (80,5%) des habitants à ce scrutin municipal. Ce sont en effet 161 votants (sur 200 inscrits) qui se sont déplacés, hier, pour glisser leur bulletin dans l’urne. Au final, 154 votes ont été exprimés (3 votes blancs et 4 bulletins nuls). Pour mémoire, la situation compliquée de cette petite commune de 222 habitants perdurait depuis la démission, le 9 novembre, de son maire Isabelle Baron et de cinq autres conseillers, dont la première adjointe, Christine Poux.

Deux tentatives infructueuses 

Amputée d’une majeure partie de son conseil municipal, c’était depuis le statu quo au village. Et la question était alors de savoir jusqu’à quand cette situation quelque peu ubuesque allait persister, après deux premières tentatives d’élections infructueuses (les 31 janvier et 7 février), aucun candidat n’ayant souhaité se présenter. Heureusement, après de nombreux pourparlers, une liste de candidats devait enfin émerger pour les élections municipales partielles d’hier. Et quelle liste! Car si aucun candidat ne s’était manifesté pour les scrutins des 31 janvier et 7 février, ils étaient en revanche neuf candidats, hier, à solliciter les suffrages des électeurs pour compléter les postes à pourvoir.

Rachid Benarab
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?