Escrime

L’équipe de France d’escrime handi prépare les JO à Rodez

  • Le groupe épée de l’équipe de France d’escrime handi (dont 
la Ruthénoise Sabrina Poignet, 3e à partir de la gauche) a investi hier la salle d’armes  de Rodez pour un stage jusqu’à vendredi. Sous les ordres de Jean-Yves Huet, ils se préparent pour glaner les derniers points dont ils ont besoin afin de s’envoler pour les paralympiques à Rio.
    Le groupe épée de l’équipe de France d’escrime handi (dont la Ruthénoise Sabrina Poignet, 3e à partir de la gauche) a investi hier la salle d’armes de Rodez pour un stage jusqu’à vendredi. Sous les ordres de Jean-Yves Huet, ils se préparent pour glaner les derniers points dont ils ont besoin afin de s’envoler pour les paralympiques à Rio. Rui Dos Santos / Rui Dos Santos
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Encadrés par le maître d’armes Jean-Yves Huet, la Ruthénoise, licenciée à Paris, Sabrina Poignet et ses camarades sont arrivés hier en Aveyron pour préparer les deux prochaines échéances qui serviront de tremplin pour les Jeux en septembre.

En attendant les Experts du handball masculin du mercredi 6 au vendredi 15 juillet (avec l’annonce de la sélection qui s’envolera pour Rio), d’autres champions tricolores ont choisi Rodez sur la route qui mène au Brésil. Ils sont certes un peu moins connus que les hommes de Claude Onesta mais Alim Latrèche, Romain Noble, Yannick Ifébé, Damien Tokatlian, Cécile Demaude et Sabrina Poignet sont d’exceptionnels athlètes...

Qui ne manqueront pas de faire retentir la Marseillaise au pays de la samba et de l’incontournable «foutchébol». Ces six-là forment l’ossature du groupe épée de l’équipe de France d’escrime handi et ils sont tous en ballottage favorable pour disputer les Paralympiques du 12 au 16 septembre.

«En bonne voie certes mais ce n’est pas encore dans la poche», précise Sabrina Poignet, licenciée à Paris mais née voilà 33 ans à Rodez et vivant à Bertholène. Le parcours de sélection a débuté en septembre 2014 et les qualifiés ne seront officiellement connus que fin mai. Les Français participeront à deux compétitions pour décrocher les points manquants : une coupe du monde la semaine prochaine à Montréal et les championnats d’Europe à Turin le 16 mai.

«Quel plaisir d’être là»

Afin de préparer au mieux ces deux échéances, ils sont arrivés hier dans le chef-lieu aveyronnais, prenant leurs quartiers jusqu’à vendredi à la salle d’armes du niveau moins 4 de l’Amphithéâtre de l’Escrime Rodez Aveyron.

«La présence de Bruno Gares (armurier des équipes de France), la qualité des installations et de l’accueil (nous étions déjà venus en stage en février 2015 avant les championnats du monde à Eger en Hongrie où nous avions décroché l’or par équipes), et la culture épée du club ruthénois garantissant une bonne opposition technique, autant d’éléments qui font que nous sommes là», explique Sabrina Poignet, très heureuse de retrouver des pistes où elle s’entraîne régulièrement.

Invitée avec ses deux camarades de club Aymerick Gally et Mickaël Goubert à jouer les sparring-partners, l’espoir de l’Era Capucine Pinier est impressionnée : «Quel plaisir d’être là car ces assauts me permettent de faire des progrès énormes. C’est une façon de tirer très différente, plus intellectuelle, où le travail du bras fait la différence»... Tout le monde semble donc y trouver son compte ! 

Rui Dos Santos
Voir les commentaires
Réagir