Sodiaal cherche des solutions face à la crise du lait

  • Damien Lacombe, président du conseil d’administration <QA0>
de Sodiaal.
    Damien Lacombe, président du conseil d’administration de Sodiaal. PH
Publié le

Des propositions ont été avancées lors de l’assemblée générale des producteurs laitiers, à Baraqueville.

Quelles solutions pour faire face à la crise du lait ? La coopérative laitière Sodiaal, qui vient de tenir son assemblée générale à Baraqueville, a posé les bases d’un plan d’action pour «tenir bon malgré la tempête». Pour Damien Lacombe, président du conseil d’administration de Sodiaal, «la diversification des métiers du groupe a permis d’amortir la crise» résultant de la fin des quotas laitiers. La coopérative affiche un excédent brut d’exploitation de 118 millions d’euros (contre 93 millions d’euros en 2014). Toujours côté finances, Sodiaal a annoncé il y a quelques semaines un plan d’économies de 41 millions d’euros «pour sécuriser une année 2016 à haut risque».

Avec un prix moyen du lait en 2015 de 318/ 1000 litres, Sodiaal proposera «une ristourne de 3,50/ 1000 litres pour les adhérents de Sodiaal Union, dont 2,50/1000 litres en numéraire et 1/1000 litres capitalisé». Cette résolution sera portée au vote de l’assemblée générale, en juin. Sodiaal entend également peser sur le marché européen. La semaine prochaine, Damien Lacombe doit rencontrer ses homologues allemands «pour trouver des solutions» à cette crise, et «lisser les effets de volatilité» des prix.

Prix planché

Pour cela, il avance une idée. Pas question d’un retour aux quotas laitiers, mais plutôt d’établir «une garantie de prix sur une période longue, qui peut aller jusqu’à trois ans». Avec le concours de l’Europe et de Sodiaal au travers d’un fond mutualisé, les producteurs verraient ainsi une partie de leur production payée à un prix planché. Se dessine en filigrane «la sortie des paiements directs»

Par ailleurs, le groupe va poursuivre ses actions entamées en 2015. La coopérative va «progressivement se déconnecter de ses activités des marchés basiques et de la volatilité des cours mondiaux» pour se tourner vers les AOP, le marché domestique et le développement à l’international par des marchés sécurisés.

La récente signature d’un contrat de 10 ans avec Synutra, producteur de poudre de lait, en est l’illustration. Aussi, la coopérative travaille activement au développement de sa filière bio. Sodiaal espère ainsi valoriser 220 millions de litres de lait bio en collectant 100 millions de litres supplémentaires d’ici 2020. «Bien malin qui pourrait dire combien de temps cette crise va durer, avance Damien Lacombe. Mais le risque serait de se renfermer. Nous poursuivre notre recherche de marchés tout en disposant de filets de sécurité pour nos producteurs.»

Xavier Buisson
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?