La boxe (re)branche Rodez !

  • Le noble art a réussi son retour dans la cité.
    Le noble art a réussi son retour dans la cité. Jean-Louis Bories
  • La boxe (re)branche Rodez !
    La boxe (re)branche Rodez ! Jean-Louis Bories
  • La boxe (re)branche Rodez !
    La boxe (re)branche Rodez ! Jean-Louis Bories
  • La boxe (re)branche Rodez !
    La boxe (re)branche Rodez ! Jean-Louis Bories
Publié le , mis à jour

Plus de trente ans après les dernières réunions d’envergure, Rodez a renoué avec la boxe anglaise hier. Et si l’Amphithéâtre n’était pas totalement plein, le spectacle, lui, fut au rendez-vous. Et a séduit tout le monde.

Des combats acharnés, un magnifique jeu de son et de lumière, un maître de cérémonie enflammé, du beau monde... Il régnait presque un petit air de Las Vegas, hier soir, à Rodez. Presque. Car, malheureusement pour les organisateurs, l’Amphithéâtre n’a pas fait le plein. Même si la salle s’est garnie au fil des combats.... Mais jamais complètement. Incompréhensible pour le parrain de la soirée, Mahyar Monshipour : «C’est fou que toute la ville ne soit pas là. J’ai entendu dire des gens que c’était trop cher. Ça me remonte, on est un pays d’assistés ! Ce gala en Angleterre ou en Espagne, il refusait 3000 personnes à l’entrée. » 

Pas loin des 1000 entrées

Malgré cela, les organisateurs, Mohamed El Yaakoubi et Dominique Ferrand du club local des Hurricane, peuvent être fiers ! Tout d’abord d’avoir mis sur pied un tel événement. Puis de n’avoir déçu personne. Effectivement, la qualité était bien là. Dans tout le show autour des combats bien entendu mais également sur le ring, à l’image d’une demi-finale du tournoi de France des plus disputées ! Puis la barre fixée des 1000 entrées n’a finalement pas été loin d’être franchie.

« Certes, ce n’est pas plein mais il y a du monde et on n’est pas loin de nos prévisions. Mais outre cela, je suis vraiment heureux car tout le monde a le sourire. La boxe a sa place à Rodez », indiquait Dominique Ferrand, samedi soir. Effectivement, le noble art a réussi son retour dans la cité. Et a prouvé une nouvelle fois qu’il n’avait finalement rien perdu de sa splendeur.

VIDEO. Artem Haroyan (Espagne) contre Hermin Isava (Vénézuela) :

Mathieu Roualdés
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?