Santé

Une nouvelle manifestation prévue à Decazeville pour défendre la maternité

Publié le / Modifié le S'abonner

En réponse au silence de l’ARS, un rassemblement sera organisé le 20 mai.

On ne sait pas et on ne comprend pas ce qui se passe. La direction de l’Agence régionale de santé avait promis une réponse fin avril, début mai au plus tard. Et pour l’heure, on n’a toujours rien. Silence complet. Vraiment, on ne comprend pas à quoi ils jouent, vers quoi ils veulent aller. Ce que l’on sait, c’est que cela devient de plus en plus inquiétant.»

Réunis dans la soirée, les membres du collectif Tous Ensemble pour le Bassin n’ont pas caché leur malaise lié à l’absence de nouvelles quant à un éventuel renouvellement de l’autorisation de fonctionner pour la maternité decazevilloise, dont l’actuelle autorisation arrive à échéance le 28 mai.

Cette situation apparaît d’autant moins acceptable et d’autant plus incompréhensible que l’entrevue accordée par la directrice de l’ARS Monique Cavalier, le 19 avril dernier, a pu laisser croire en une issue rapide et favorable. Résultat, près d’un mois plus tard et à quinze jours de la date butoir, toujours rien à l’horizon.

Entre inquiétudes et incertitudes

De plus, le rendez-vous qui était prévu mercredi entre la direction de l’hôpital de Decazeville et la délégation départementale de l’ARS a été repoussé d’une semaine. De quoi interpeller et irriter les défenseurs de la maternité, qui ont donc décidé de repasser à l’action sans plus attendre. Hier matin, sur le marché de la place Decazes, des tracts étaient ainsi distribués pour appeler à un nouveau rassemblement de masse programmé vendredi 20 mai, devant l’hôpital, avec possible défilé jusqu’à la RD 840.

«On ne veut pas nous entendre, alors on va faire encore plus de bruit», avertissent les responsables du Tous Ensemble. Du bruit, il pourrait en être également question mardi matin, à Rodez, où le syndicat CGT Santé organise une manifestation devant Cap Cinéma. Une manifestation qui pourrait se déplacer devant les locaux ruthénois de l’ARS. Outre les interrogations concernant l’avenir de la maternité, cette réunion du Tous Ensemble a également permis d’évoquer la direction de l’hôpital de Decazeville, confiée pour trois mois à Jean-Pierre Pavone après le départ de Dominique Perrier.

«Si un poste de directeur n’est pas très rapidement ouvert pour une durée illimitée, l’hôpital est mort», affirment les représentants syndicaux du CH, évoquant la perspective d’une direction déléguée qui pourrait avoir pour effets d’aboutir à des décisions défavorables à l’établissement decazevillois. Le tout en lien avec une autre perspective, celle de la création du Groupement hospitalier de territoire avec Rodez et Villefranche, dès le 1er juillet prochain, qui génère aussi nombre d’incertitudes et d’inquiétudes. 

Sur le même sujet
Réagir