Onet en mode «zéro phyto»

  • Depuis dix ans, la ville s’est engagée dans la démarche du «zéro phyto».
    Depuis dix ans, la ville s’est engagée dans la démarche du «zéro phyto». Repro CP
Publié le , mis à jour

Dans un peu plus de sept mois, en janvier 2017, les pesticides seront interdits d’utilisation pour les espaces publics ; ils le seront en 2019 pour les particuliers. Depuis dix ans, la ville s’est engagée dans la démarche du «zéro phyto», les services des espaces verts et de la voirie ayant progressivement supprimé l’utilisation de pesticides sur l’ensemble du territoire, faisant figure de précurseurs en la matière, sur le département. 

Avec ses 40 km², la commune dispose d’une variété de surfaces importantes entre parcs, stades, îlots, ronds-points, cimetières... autant d’espaces à entretenir, avec pour chacun sa spécificité. D’où la nécessité de mettre en place une gestion différenciée. «Opter pour le zéro phyto, c’est préserver la santé des citoyens et des agents municipaux, respecter la faune et la flore locales mais aussi montrer que des pratiques alternatives existent et sont efficaces » explique l’adjoint au maire, Jacky Maillé.

Embellir la ville mais pas à n’importe quel prix 

Des méthodes alternatives ont donc été mises en place progressivement, telles le désherbage manuel ou avec un désherbeur thermique, l’utilisation de paillages, de broyats issus de l’élagage et des tailles de haies, le développement d’une flore locale avec le lâcher de coccinelles et l’installation d’hôtels à insectes et de nichoirs à mésanges. 

« Si l’on se doit d’embellir la ville, on ne peut pas le faire à n’importe quel prix et surtout au mépris de l’environnement. Cela veut dire accepter la présence de certaines plaintes et d’indésirables qui ne représentent pas de nuisance particulière. Nous devons expliquer à la population que parfois les trottoirs, les ronds-points, les allées d’un parc ne seront pas aussi “nets” qu’auparavant. Ce n’est pas synonyme d’un manque d’entretien, mais le signe d’une gestion différenciée, certes chronophage mais respectueuse de l’environnement» souligne Laurent Noailles, le responsable des services verts de la commune.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?