Onet-le-Château : un 8e festival de théâtre qui ancre l’événement

  • La Compagnie Les Coulisses de Maison Forte remporte le 8ème trophée du Festival (premier prix de La Ville)
    La Compagnie Les Coulisses de Maison Forte remporte le 8ème trophée du Festival (premier prix de La Ville) Yvette Salles / Centre Presse Aveyron
  • Prix du Public à la Compagnie Théâtre de Lusine de Marcillac.
    Prix du Public à la Compagnie Théâtre de Lusine de Marcillac. Yvette Salles / Centre Presse Aveyron
Publié le

Après cinq jours de représentations et six œuvres au programme, le 8e Festival de théâtre amateur « Premier Acte » a baissé le rideau, samedi soir.

Sur une pluie de récompenses acclamées par le public, confortant l’événement dans le paysage culturel de la commune, de l’agglomération et de la région, le festival s’est achevé. Une édition qui aura accueilli pas moins de 450 personnes en moyenne par représentation, portant à plus de 85% le taux de remplissage, avec le mérite de satisfaire l’ensemble des festivaliers et mis dans la lumière de très bonnes troupes amateurs. C’est la troupe de Vourles dans le Rhône (69), Les coulisses de Maison Forte, qui, avec "Le Dindon" de Georges Feydeau, a décroché le prix de La Ville (prix du Jury).

Le sésame pour une semaine en résidence d’artiste à La Baleine afin de préparer un nouveau spectacle, qui sera joué en clôture de la prochaine édition. Le brigadier lui a été officiellement confié pour une année, par l’adjointe au maire, Monique Buerba. "La scène de La Baleine a encore brillé. Nous avons assisté à de vraies performances artistiques, ce festival est une réussite. Nous remercions Didier Dulac pour la programmation, tous les acteurs, les troupes, le personnel de La Baleine, les techniciens, qui ont permis que le Premier Acte se déroule ainsi", a-t-elle déclaré.

Quant au prix du public, il a été attribué à une œuvre parfois controversée ici ou là, "La nuit des Reines", présentée par le Théâtre de Lusine de Marcillac.

Une salle jugée exceptionnelle

La Compagnie a reçu un monotype exécuté par Dorothée Carpentier, dont l’exposition s’est greffée sur le festival, suscitant un intérêt certain au Krill. "Même si nous ne pouvons pas faire l’unanimité dans le choix des œuvres, la grande majorité de celles-ci a été bien accueillie. Il faut noter que toutes les troupes ont souligné le très bon accueil logistique, technique qui leur a été réservé dans une salle qu’elles jugent exceptionnelle", n’a pas manqué de constater Didier Dulac, maillon fort et directeur du festival, presque déjà prêt pour la 9e édition en mai 2017.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?