Justice

En prison en attendant d’être jugé pour des outrages

  • En prison en attendant d’être jugé pour des outrages
    En prison en attendant d’être jugé pour des outrages illustration José A. Torres / Centre Presse Aveyron / illustration José A. Torres / Centre Presse Aveyron
Publié le / Modifié le S'abonner

C’est bien remonté que ce quadragénaire a quitté vendredi  après-midi la salle d’audience du tribunal de Rodez pour la maison d’arrêt de Druelle. Il devait être jugé pour conduite sans permis, mais aussi outrages et menaces de mort envers deux gendarmes. Des faits qui ont été commis jeudi soir à Onet-le-Château. Mais, à la surprise de son avocate, qui s’était préparée à plaider son dossier sur le champ, il a demandé un délai pour préparer sa défense...

Et, à sa surprise aussi, les juges ont décidé de son maintien en détention, jusqu’au 28 juillet, date de sa prochaine comparution. Ses deux chiens malades qui sont à la clinique vétérinaire, sa «boîte à lettres de merde» qui fait que son courrier atterrit à l’Udaf, son traitement pour des problèmes psychiatriques, sa récente nouvelle adresse, sa ponctualité au rendez-vous donné par le Spib n’y ont rien changé. Les juges ont surtout entendu qu’il dormait parfois dans sa voiture, «ce qui ne présente aucune garantie de représentation» a lancé le procureur. La décision tombée, il a continué à plaider sa défense. En vain.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir