Actu

Grandes manoeuvres diplomatiques pour accélérer le divorce du Royaume-Uni

  • Angela Merkel le 24 juin 2016 à Berlin
    Angela Merkel le 24 juin 2016 à Berlin AFP - John MACDOUGALL / AFP - John MACDOUGALL
  • François Hollande entre St2phane Le Foll, Jean Yves Le Drian, Jean-Marc Ayrault et Michel Sapin, lors d'une réunion ministérielle de crise le 24 juin 2016 à l'Elysée à Paris
    François Hollande entre St2phane Le Foll, Jean Yves Le Drian, Jean-Marc Ayrault et Michel Sapin, lors d'une réunion ministérielle de crise le 24 juin 2016 à l'Elysée à Paris POOL/AFP - JACKY NAEGELEN / POOL/AFP - JACKY NAEGELEN
  • Le président du conseil européen Donald Tusk le 24 juin 2016 à Bruxelles
    Le président du conseil européen Donald Tusk le 24 juin 2016 à Bruxelles AFP - JOHN THYS / AFP - JOHN THYS
  • Le ministre allemand des Affaires étrangères  Frank-Walter Steinmeier avant la réunion avec ses homologues européens, le 25 juin 2016 Villa Borsig à Berlin
    Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier avant la réunion avec ses homologues européens, le 25 juin 2016 Villa Borsig à Berlin AFP - John MACDOUGALL / AFP - John MACDOUGALL
  • Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, le 20 juin 2016 à Sterling en Virginie
    Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, le 20 juin 2016 à Sterling en Virginie AFP/Archives - YURI GRIPAS / AFP/Archives - YURI GRIPAS
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Les grandes manoeuvres diplomatiques se multiplient, à Berlin et Bruxelles, pour accélérer la procédure de divorce du Royaume-Uni avec une Union européenne désemparée, encore sous le choc du Brexit.

La chancelière allemande Angela Merkel, dont l'étoile a pâli depuis la crise migratoire, reçoit lundi après-midi le président français François Hollande et le Premier ministre italien Matteo Renzi, à la veille d'un sommet européen capital à Bruxelles.

Chacun a remarqué que Mme Merkel a également convié l'Italien au côté du Français - pour faire bon poids ? - au moment où Paris et Berlin se disent prêts à faire des propositions "sans fuite en avant" pour rendre l'Union "plus efficace".

Selon plusieurs sources, une initiative du couple franco-allemand - longtemps le "moteur" de l'Union - serait à l'étude pour relancer le projet européen.

"Il est de la responsabilité de la France et de l'Allemagne de prendre l'initiative", a plaidé dimanche le président François Hollande, même si la première paraît davantage demandeuse que la seconde.

La chancelière a d'ailleurs adopté un ton plutôt conciliant à l'égard de Londres, en appelant à "analyser la situation avec calme et retenue".

Mme Merkel doit aussi s'entretenir séparément lundi avec le président du Conseil européen (qui représente les 28 Etats membres), Donald Tusk, qui n'a pas caché sa crainte d'une contagion du Brexit.

Ce dernier se sera également entretenu en tête à tête avec François Hollande lundi matin à Paris.

- Post-mortem -

M. Tusk va présider pendant deux jours, mardi et mercredi, un des sommets les plus tendus de l'histoire de l'Union. Le dîner du mardi sera dédié au Brexit avec les "explications" post-mortem du Premier ministre britannique David Cameron.

Le lendemain, le président du Conseil compte organiser une réunion "informelle" avec les 27 autres chefs d'Etats et de gouvernement, sans le Royaume-Uni, afin de discuter des conséquences de la rupture britannique.

"Nous ne nous attendons pas, à ce stade, à ce que Cameron déclenche (lors du sommet) l'article 50" du traité de Lisbonne, qui doit engager officiellement la sortie du Royaume-Uni de l'UE, a affirmé dimanche un officiel européen, sous couvert d'anonymat.

Un procédure de divorce que les dirigeants européens veulent pourtant acter "au plus vite".

"Nous disons ici, ensemble, que ce processus doit commencer aussi vite que possible pour qu'on ne se retrouve pas embourbé", a plaidé samedi à Berlin le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier, entouré de ses homologues des pays fondateurs de l'UE (Allemagne, Belgique, France, Italie, Luxembourg, Pays-Bas).

Au Berlaymont, le siège de la Commission européenne, l'heure n'est pas non plus à l'atermoiement.

"Ce n'est pas un divorce à l'amiable", a tranché le président de la Commission Jean-Claude Juncker. "Je ne comprends pas pourquoi le gouvernement britannique a besoin d'attendre jusqu'au mois d'octobre pour décider si oui ou non il envoie la lettre de divorce à Bruxelles. J'aimerais l'avoir immédiatement".

Du côté du Parlement européen, qui se réunira mardi en session extraordinaire, on presse aussi David Cameron de notifier la "clause de retrait" (article 50).

"Nous comptons sur le gouvernement britannique pour tenir ses promesses dès maintenant et le sommet de mardi sera le bon moment", a jugé dimanche le président du Parlement, Martin Schulz, dans une interview au journal allemand Bild.

D'outre-Atlantique, le secrétaire d'Etat américain John Kerry s'est invité dans la "polycrise" européenne, selon l'expression de M. Juncker.

Bouleversant son agenda, M. Kerry se rend lundi à Bruxelles pour des entretiens avec la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini, avant de s'envoler pour Londres.

En visite dimanche à Rome, il a reconnu que les Etats-Unis auraient préféré que les Britanniques prennent une "autre direction". Washington redoute particulièrement l'impact du Brexit sur la croissance mondiale et des secousses sur les marchés financiers.

Le président Barack Obama avait éloquemment plaidé en faveur du maintien de Londres dans l'UE. Mais il a promis que rien n'avait changé dans "la relation spéciale entre les Etats-Unis et le Royaume-Uni", et que la présence de Londres au sein de l’OTAN restait une "pierre angulaire" de la politique étrangère américaine.

Source : AFP

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir