A Rodez, la course au logement étudiant a commencé

  • D’après le Claj, le prix moyen d’un studio à Rodez est de 240€ par mois (300€ en y incluant les charges locatives). De plus, les étudiants sont chaque année un peu plus nombreux à privilégier le choix du meublé.
    D’après le Claj, le prix moyen d’un studio à Rodez est de 240€ par mois (300€ en y incluant les charges locatives). De plus, les étudiants sont chaque année un peu plus nombreux à privilégier le choix du meublé. PIXROD Rachid Benarab / PIXROD Rachid Benarab
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Rodez. La recherche de logements étudiants a commencé pour les futurs bacheliers.

Stressés les étudiants ? Un peu oui, notamment lorsqu’il s’agit de dénicher un appartement à louer pour les mois à venir. «Les résultats du bac ne sont pas encore tous connus, mais cela n’empêche pas certains futurs bacheliers de commencer à chercher leur logement», explique Véronique Chirac du Comité pour le logement autonome des jeunes (Claj).

En l’absence de Crous, le Claj assure l’intermédiaire entre bailleurs et jeunes adultes en recherche de location. Déjà nombreux à pousser les portes du Comité, les futurs étudiants - ils devraient être 3500 à faire leur rentrée cet automne à Rodez- en quête de logement, font aussi le tour des agences immobilières de la ville.

«Rodez n’est pas Toulouse ou Montpellier, poursuit Véronique Chirac. Ici, l’offre immobilière est largement suffisante, ce n’est donc pas la peine de se lancer trop en amont dans la quête d’un appartement, juge-t-elle. Il vaut mieux être sûr d’avoir son diplôme et d’être accepté à l’IUT ou à la fac, sinon cela peut devenir compliqué.»

La ruée d’après 5 juillet

Chargé de répertorier l’offre locative ruthénoise (aussi dans les structures d’accueil collectives comme par exemple le foyer étudiant Saint-Pierre), le Claj est également en première ligne pour assister les jeunes dans leurs démarches. «Je les aide pour les pré-réservations ou pour constituer un dossier afin qu’ils aient accès aux aides mobilisables, comme la Caution locative étudiant. Mais je les renseigne aussi sur les agences en leur disant de privilégier celles qui prennent le moins de frais, détaille encore Véronique Chirac. Je suis aussi en contact avec les bailleurs adhérents et je prends les rendez-vous pour organiser les visites.» 

«200 appartements, disponibles»

Des visites qui vont sont allés crescendo jusqu’à aujourd’hui, jour de publication des résultats du bac. «Ensuite, comme tous les ans ça sera la ruée», sourit-elle. Une ruée sur les logements - du studio au T2 - à laquelle devront également faire face les principales agences immobilières du piton ruthénois. «En fait, cela a déjà commencé», souligne Pascal Perget de l’agence Immo de France du 22, boulevard Laromiguière.

Gérant un portefeuille de 1075 biens locatifs (ce chiffre ne concerne que les biens de la chambre au T2), l’agence ruthénoise est particulièrement bien placée dans ce domaine. «En prévision de la rentrée, nous avons actuellement 200 appartements, du studio au T2, disponibles», poursuit le gestionnaire. «Et vu que nous ne prenons pas de frais d’agence, nous sommes un point de passage obligé pour les étudiants en quête d’un toit», conclut le professionnel en se tenant prêt pour affronter le «pic» d’activité de l’année. 

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir