Les chemins annexés par le parc photovoltaïque

  • Les chemins annexés par le parc photovoltaïque.
    Les chemins annexés par le parc photovoltaïque. PB / PB
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Lors du dernier conseil municipal les élus à l’unanimité ont émis le vœu que les chemins du parc intercommunal retrouvent leur intégrité. Une intégrité qui a été mise à mal ces dernières semaines lors des travaux d’implantation du parc photovoltaïque sur les hauteurs de la Découverte.

C’est Jean-Louis Calmettes, l’élu vert decazevillois, qui a alerté ses collègues après qu’il eut remarqué que certains chemins qui traversent le parc photovoltaïque «avaient été purement et simplement supprimés, des clôtures empêchant totalement le passage sur certains secteurs». Et ce, alors même, bien évidemment que l’enquête publique qui avait précédé l’implantation du parc photovoltaïque respectait le tracé des chemins.

Second permis de construire

C’est en juillet 2015 que le commissaire enquêteur avait donné son avis favorable. Or, trois mois après, en octobre 2015 et pour diverses raisons (et notamment pour trouver des terrains relativement plats susceptibles d’accueillir des stades d’entraînement en remplacement de ceux de La Grifoulière), la communauté de communes du Bassin Decazeville-Aubin déposait un nouveau permis de construire «agrandissant les surfaces de certaines zones sur la commune de Decazeville». «Ces agrandissements, précise Jean-Louis Calmettes, ont concerné le plateau de Nauquières et le plateau situé en dessous allant de la barrière de Nauquières au dessus de Combes jusqu’au belvédère de l’Aérien à Decazeville». 

Comme on peut le constater sur la photographie ci-dessus, les chemins ne sont pas pour partie réalisé, ou pire encore les chemins existants ont été carrément annexés, alors même qu’il suffisait de grillager un ou deux mètres en retrait. C’est le cas du chemin qui faisait le tour du plateau de Nauquières.

«Or ce chemin, s’insurgerait presque Jean-Louis Calmettes (et d’autres avec lui!) très agréable et très prisé des promeneurs, abrite également une faune et une flore intéressantes, témoins du passage de cet ancien terrain industriel en espace naturel. On peut notamment y découvrir depuis quelques années des espèces d’orchidées dont des Sérapias à languette. Si ces plantes n’ont pas été détruites lors de la pose des clôtures, elles ne seront de toute façon plus visibles car annexées dans le périmètre de la zone photovoltaïque».

Il n’est pas question dans l’esprit de ceux qui réclament la remise en état des chemins de s’opposer au parc photovoltaïque -bien au contraire-mais tout simplement de réclamer que soit respectée l’intégrité des chemins. Et l’élu de rappeler que s’il est juste question à travers ces annexions de s’exonérer de l’entretien desdits chemins,

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir