Golf

Guillaume Dedieu, nouveau «pro» du golf ruthénois

  • L'Ariégeois Guillaume Dedieu (25 ans) est en poste au golf du Grand Rodez depuis le début du mois.
    L'Ariégeois Guillaume Dedieu (25 ans) est en poste au golf du Grand Rodez depuis le début du mois. CP / CP
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Après trois ans d’enseignement au golf du Grand Rodez, Gabriel Anglade a souhaité partir vers d’autres horizons. Depuis le début du mois, c’est donc Guillaume Dedieu qui lui a succédé. Âgé de 25 ans, le jeune Ariégeois de Saint-Girons prend ses marques et apprécie d’ores et déjà l’environnement dans lequel il exerce ainsi que l’accueil qui lui a été réservé par l’équipe de Jacques Moreno.

«Enseigner, partager ma passion»

Le jeune homme a découvert le golf à 10 ans, via l’école primaire, et a ensuite contaminé son frère Maxime ainsi que son père. «J’ai testé beaucoup de sports mais le seul qui m’ait vraiment accroché, c’est le golf. Et j’ai su dès 14 ans que je voulais en faire mon métier», dit-il. À 17 ans le joueur du golf de l’Ariège est recruté par celui de Palmola pour évoluer en équipe amateur. Et c’est tout naturellement, après son bac, qu’il fait sa formation de BE en alternance dans son club d’adoption.«Je remplaçais Karine Mathiot pour des initiations, et pour l’école de golf. C’était plutôt gratifiant qu’elle fasse appel à moi !», se rappelle-t-il.

En 2014, après l’obtention de son diplôme d’enseignant breveté d’état, il prend deux ans pour tenter d’intégrer la 3e division professionnelle en passant les cartes, véritables sésames pour accéder au circuit Français pro. Des épreuves ouvertes aux joueurs pros ayant un index inférieur ou égal à 0.4 et qui se joue en 2 étapes: 1 qualificative en 2 tours et 1 finale en 54 trous. «J’ai vite compris que ça coûtait trop cher et que ce n’était pas viable». Il envoie donc des CV «mais je ne l’ai pas fait par dépit. Enseigner, partager ma passion, c’est quelque chose qui me plaît vraiment». 

Faire progresser

C’est finalement le directeur du golf du Grand-Rodez qui lui fait confiance. Une très bonne nouvelle pour lui d’autant que «des diplômés, il en sort 100 par an; alors qu’un golf se monte tous les 10 ans». Le jeune homme, qui se dit casanier, cultive aussi un goût pour l’histoire, l’économie et la physique quantique. Pour l’heure, il fait connaissance avec les golfeurs aveyronnais avec, pour objectif affiché, de les faire progresser. 

M.P.
Voir les commentaires
Réagir