Actu

Allemagne: un mort et deux blessés dans une agression à la machette

  • Un policier sur les lieux d'une attaque mortelle à la machette, le 24 juillet 2016 à  Reutlingen (Allemagne)
    Un policier sur les lieux d'une attaque mortelle à la machette, le 24 juillet 2016 à Reutlingen (Allemagne) AFP - THOMAS KIENZLE / AFP - THOMAS KIENZLE
  • Allemagne : attaque à la machette
    Allemagne : attaque à la machette AFP - Sophie RAMIS, Thomas SAINT-CRICQ / AFP - Sophie RAMIS, Thomas SAINT-CRICQ
  • Un cordon de police près du lieu d'une attaque mortelle à la machette, le 24 juillet 2016 à  Reutlingen (Allemagne)
    Un cordon de police près du lieu d'une attaque mortelle à la machette, le 24 juillet 2016 à Reutlingen (Allemagne) dpa/AFP - Christoph Schmidt / dpa/AFP - Christoph Schmidt
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Un demandeur d'asile syrien a tué une personne et en a blessé deux autres à la machette dimanche en Allemagne, un crime a priori passionnel, sans lien terroriste, qui intervient toutefois dans un climat très tendu dans le pays après la fusillade de Munich.

"En l'état actuel de l'enquête, nous ne disposons d'aucun élément indiquant qu'il s'agisse d'un attentat terroriste", a souligné dans un communiqué la police de Reutlingen, la localité du Bade-Wurtemberg, proche de Stuttgart (sud-ouest), où s'est produit le drame.

L'agresseur, âgé de 21 ans, "a eu une dispute" avec une femme peu avant 16H30 locales (14H30 GMT) et l'a tuée "avec une machette", avant de s'en prendre à une deuxième femme et à un homme qu'il a blessés en plein centre-ville, puis d'être interpellé à proximité immédiate, a expliqué la police.

"Quand un homme et une femme se disputent, on part du principe qu'il s'agit d'un crime passionnel", a souligné un porte-parole de la police à l'agence allemande DPA.

"L'auteur des faits a pu heureusement être arrêté et ne représente plus de danger", s'est quant à lui félicité le ministre régional de l'Intérieur, Thomas Strobl.

Les faits se sont produits près de la gare routière de cette localité d'un peu plus de 100.000 habitants.

Selon des médias allemands, l'agresseur et la jeune femme décédée travaillaient dans le même restaurant turc et c'est dans cet établissement qu'a eu lieu la dispute, puis l'agression.

Interrogé par le journal local Stuttgarter Zeitung, un autre employé du restaurant, présent au moment des faits, a déclaré que l'homme, originaire de Syrie, était arrivé seul un an et demi plus tôt en Allemagne et l'a décrit comme antipathique.

Il était par ailleurs déjà connu de la police pour des faits de violences, a-t-on appris de source policière.

Devant le restaurant, une table et des chaises était renversées tandis qu'une tâche de sang était visible au sol, selon une vidéo réalisée par l'AFP.

Des images vidéo amateur diffusées par la chaîne d'information en continu NTV montrent l'agresseur en train de courir dans une zone piétonnière pour s'enfuir. Puis on le voit un peu plus tard couché par terre et menotté par des policiers, avec du sang sur le front.

L'agresseur a été "percuté par un véhicule BMW lors de sa fuite", a indiqué à l'AFP un porte-parole de la police locale, sans pouvoir dire si le conducteur avait volontairement renversé le demandeur d'asile, ainsi que l'affirment certains médias, ou s'il s'agissait d'un accident.

Ce porte-parole a ajouté ne pas être non plus en mesure dans l'immédiat de confirmer des informations du quotidien Bild, selon lesquelles la femme décédée était enceinte.

"Au vu des éléments disponibles, l'auteur a agi seul, il n'y a très probablement pas de danger pour la population à Reutlingen et aux alentours", a ajouté la police.

Selon la chaîne NTV, il y a eu un mouvement de panique dans le centre-ville à la suite des ces agressions.

Elles sont intervenues dans un climat tendu en Allemagne après la fusillade de vendredi soir à Munich (sud), qui a fait 9 morts et 35 blessés, et un attentat à la hache lundi dernier dans un train à Wurtzbourg (sud), revendiquée par un demandeur d'asile au nom du groupe jihadiste Etat islamique.

Source : AFP

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir